WE GROW

Votre forum de discussion !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Meurtre au n°L08

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Meurtre au n°L08   Sam 2 Mai - 11:46

J'ai décidé de faire une histoire en honneur à mon lycée. Dans cette histoire, je voudrais faire passer un message:celui qu'on ne connait jamais entièrement une personne. Dans ce chapitre vous trouverez les personnages, les lieux et le meurtre.
Bonne lecture!

Présentation des personnages:

Elizabeth est une fille blonde aux yeux bleus. C'est la meilleure amie de Lili et David. Bonne élève surtout douée en sciences elle a un certain caractère. Elle adore le chocolat et les petis gâteaux mais reste mince comme un haricot.


Chapitre 1


Je me souviens encore de mon arrivée à l’école. Je crois que ce moment restera gravé dans mon cœur pour toujours. De grands murs de couleur claire qui ne s’accordait pas du tout avec les portes peintes en vert et un joli sol en mosaïque rouge et blanche. De petites plaquettes de bois indiquant les numéros étaient placées entre les portes. Il y a au moins deux-cent premières dans l’école. Vous vous rendez compte ? Cela fait beaucoup ! Heureusement j’ai réussi à être avec Lili et David. Sans eux je ne suis rien. Nous ne pouvons certainement pas compter sur les éducateurs pour nous donner un petit coup de pouce dans les affaires de vol ou même des affaires plus grave. Le secrétariat est plus un endroit de torture qu’autre chose. On rentre dedans, déjà on est hyper stressé, et puis on se fait remballer car ils n’étaient pas de bonne humeur. Bien qu’il y ait des exceptions, elles sont rares.

Tout commence aujourd’hui. Nous sommes le lundi 24 novembre 2008 et, comme tous les lundis matin ou je ressens un mauvais pressentiment, je suis appelée chez monsieur Delicto, notre proviseur, mais, à ma grande surprise, je n’y suis pas seule. Toutes les personnes de ma classe sont là y compris notre titulaire madame Drumont. Alice est en pleure dans les bras Lili. Un sentiment ou plutôt une crampe d’estomacs survient tout à coup. C’est alors que je comprends que ce n’est pas une affaire comme toutes les autres mais quelque chose de plus grave…Beaucoup plus grave. Monsieur Delicto pose une main sur mon épaule: elle tremble ce qui est rare chez lui. D’habitude il fait preuve d’un sang froid inouï mais cette fois ci…On sent bien que « la chose » le bouleverse. Je jette un dernier coup d’œil à madame drumont. Son regard, d’habitude rassurant, est pale et triste comme ceux de toute la classe d’ailleurs. C’est comme s’ils avaient tous la mort dans l’âme. Pas un sourire et même pas un bruit. Personne dans le haul d’entrée et personne dans les classes.
« - Elizabeth il y a eu un meurtre à l’école et je comprends si tu refuses de t’occuper de cette affaire car c’est une personne plus ou moins proche de toi. Du moins j’en déduis cela car, un jour, tu m’as dit que ta classe était comme ta deuxième famille. C’est Léa qui c’est fait assassiner aujourd’hui entre 20h et 24h.
Ce fut comme un coup de massue qui tombait sur ma tête à plus de 300km/h.Léa, on s’était rencontrées cette année et, malgré toutes nos différences, on s’était trouvée des ressemblances. Je dus faire un gros effort pour ne pas m’évanouire puis, m’assis sur une chaise en plastique qui ressemblait plus ou moins à du bois. Le bureau du proviseur, lui, devait être en chaîne et était taillé avec une précision à en couper le souffle. Dans un effort sur humain j’articule :
« Je suppose que si je dis non vous allez payer un détective privé alors autant la résoudre moi même.
-Eliza, je savais que tu dirais oui. C’est au local n°L08. Je sais que tu n’as pas le sens des numéros ni des classes donc, en traduction, c’est dans ta classe de latin mais avant que tu y ailles, j’aimerais que tu ailles voir Monsieur Dendrit. Il a réussi à subtiliser à nos chers amis les inspecteurs quelques pièces à convictions.
Un petit sourire traversa mon visage. Lili et David sont mes meilleurs amis mais aussi mes assistants. J’allai donc dans le bureau de notre proviseur mais pas je temps de tout leur raconter en détail. Je dis d’une vois ferme
« On va voir Monsieur Dendrit. A nous de venger Léa.
-Eliza, fait attention a toi et viens me prévenir si tu rencontres un problème. Lili et David, je compte sur vous pour veiller sur Eliza. »
C’était bien sur Madame Drumont qui avait prononcé ces paroles. C’est une amie de maman et c’est pour cela qu’elle est si protectrice avec moi.
En sortant de la salle je vis une civière passer dans les couloirs. Je n’avais pas envie de voir le cadavre. J’étais pratiquement sur que, dernière moi, Lili et David partageait mon sentiment.
Arrivés au local « dendrit land » nous nous regardons. Cette une sensation étrange que l’on ressent avant d’entrer dans la classe. Même si l’occasion était très mal choisie David réussi quand même à nous faire rire. Un léger sourire parcoure son visage comme à chaque fois qu’il décide de faire une blague et bien souvent, elles sont sur les blondes. Bien entendu j’avais réussi à faire des mèches blondes ce qui m’avait valu d’être charriée pendant une semaine avec des blagues. Je ne suis pas rancunière et j’ai beaucoup ri. Je crois que nous avions besoin de décompresser un peu.
-« Une blonde roule sur l'autoroute avec sa nouvelle Ferrari.
Elle se fait arrêter par un flic.
Il lui demande:
"Mais madame, pourquoi vous ne roulez que à 20km/h?" et la blonde répond:
"c'est parce que sur le panneau il y a marqué A20".
Alors le flic lui répond:
"Mais madame ça c'est le numéro de la route".
La blonde dit: "Ah bon!!".
Le flic regarde du côté passager de la voiture et en remarquant la tête de la passagère dit à la blonde:
"Mais dites donc, elle à pas l'air d'aller bien votre copine brune à côté!"
et la blonde répond:
"Ah ça doit être parce que qu'on vient de quitter la A313". »

Nous éclatâmes de rire. Monsieur dendrite avait une dent contre david. Je n’ai toujours pas compris pourquoi et je ne veux pas le savoir. Je me décida enfin à frapper. Trois petits coups secs comme j’ai l’habitude de les faire. Avant que je sois entrée je vis bien que quelque chose le tracassait, le dérangeait. Avant même que j’ai pu dire un mot il me dit :
« -C’est une personne de ta classe »
J’y avait déjà pensé et j’en était arrivé à la conclusion que c’était impossible. Léa était bien trop grande pour qu’une personne de la classe puise l’assommer. Par contre, un de mes profs c’était possible. Je réprima un frissions. Je m’assis sur un banc, pris une feuille de papier et commença à écrire.
-Madame Drumont :
-Madame Brouillard :
-Madame salamander
-Madame marry:
-Madame Boson:
-Monsieur Burgeon
-Monsieur Dendrit
Mais après avoir fait cette liste, je me sentais toujours aussi mal. Un détail me tracassait. Monsieur dendrit n’avait rien trouvé grand chose. J’en avait assez fait pour aujourd’hui. Je convenue avec Lili qu’on ferait un chopingg tout l’après midi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Meurtre au n°L08   Mar 5 Mai - 20:28

J'ai toujours aimé les romans/Nouvelles suspens, mystères/Policiers... Continue comme ça!
Revenir en haut Aller en bas
 
Meurtre au n°L08
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le docteur Muller rejugé pour le meurtre de sa femme
» NOUVEL APPEL À TÉMOINS 7 ANS APRÈS LE MEURTRE DE JONATHAN (Jonathan Coulom)
» Meurtre de Laetitia : le procès de la récidive
» Meurtre d'un médecin lyonnais
» Le kidnapping et le meurtre de Madison toujours sans mobile ( 30 ans de prison)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE GROW :: Multimédia :: vos fictions :: Fictions abandonnées-
Sauter vers: