WE GROW

Votre forum de discussion !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
megamomo
Admin ~ a little sadistic
Admin ~ a little sadistic


Féminin
Nombre de messages : 2057
Age : 23
Passion(s) : : Manga, Japon, embêter les gens, écriture et rp
Humeur ? : Fatigué, heureusement que les calendriers permettent de compter les jours ...
Date d'inscription : 06/06/2006

Feuille de membre
Ton humeur aujourd'hui:

MessageSujet: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Mer 21 Mai - 21:01

Annonce : Que les non initiés aux fictions spécials et strange n'avance pas plus loin parce que celle là battra tous les records ... enfin je crois XD. Ensuite, que ceux qui n'aime pas les chapitres improvisés sur le tas peuvent sortir aussi parce que c'est le cas ... en tout cas pour le premier chapitre. Pour terminer, les autres personnes qui peuvent sortir sont ceux qui n'aime pas les couples bizarres parce que, là encore, vous allez y avoir le droit. Je vais vous mettre des garçons avec des garçons, des frères avec des soeurs ... enfin ... peut être ... on verra XD en tout cas je vous préviens qu'il n'y aura pas que des couples normaux -_-".
Maintenant que ceux qui n'aiment pas les énergumènes ou le yaoi se sont tirés, on va pouvoir commencer. Déjà, je vous préviens que, ayant mis une annonce sur les gens qui ne devait pas lire cette fic', je ne suis pas responsable des critiques :p z'avez qu'à pas dire si vous trouvez que c'est trop strange, j'l'avais dit. Maintenant, ça commence ^^ Silence et écoutez bien, petits et grand l'histoire de momo-sempai. Au fait ... il est possible que j'y aille de mes commentaires de temps en temps ... j'm'en excuse mais je le ferais
en petit

Chapitre un : le petit cahier bleu.

- Tiens ... qu'est ce que ça peut bien être que ça ?

Je me baissais et regardais un carnet de couleur bleu qui trainait dans mes affaires. Il avait l'air vieux et, franchement, je me demandais bien à quoi il pouvait m'avoir servit. En tout cas, il était forcément à moi. Sur la page de couverture, j'avais soigneusement écrit "Yokoyama Suichi" à l'encre bleu. Je le sortit du carton où il était rangé. Comme quoi, ce déménagement avait du bon finalement. Je l'ouvris à la première page et regardai la photo qui y était collé. Un photo de classe ... celle de ma première année de lycée. Maintenant, je me souvenais de tout. Ce cahier, c'était mon journal intime à l'époque. Que de souvenir m'envahir ... ça me paraissait tellement loin. Pourtant ... je n'avait que 19 ans et j'avais quitté le lycée il y a un an seulement. Remettant l'ouvrage dans le carton, je le pris dans mes bras et sortit de ma chambre.

- Okasan ! Cette fois, c'est bon. J'ai pris toute mes affaires.

Je vis ma mère accourir et manquer de ce jetter sur moi. Heureusement, elle remarqua que j'étais chargée et se retint à temps. Je posai ce que j'avais dans les mains par terre et l'enlaça, comme quand j'étais plus jeune. Je me sentais nostalgique de cette époque tout à coup. Quitter la maison, c'était toujours quelque chose de difficile mais ça devait toujours arriver. J'entendis renifler dans mon dos. Mon petit frère aux cheveux roses se trouvaient derrière moi et pleurait tout ce qu'il pouvait. Je lachai ma mère, qui sanglota à son tour, et le serra contre moi. Il avait maintenant 17 ans mais c'était quand même une épreuve pour lui de me voir partir.

-
Onee-chan, réussit il à dire au bout d'un moment. Tu reviendras souvent à la maison, hein ? Tu ne nous abandonnes pas ?
- Rassure toi Tatsuya-kun. Je passerais tous les week end. Si tu veux, je pourrais même t'aider pour tes devoirs, histoire que ça nous change de d'habitude.
- Tu le promet, nee-chan ! Tu me le promet pas vrai ?!
- Bien sur, lui assurèrent en le lâchant.

Il tendit sa main et me montra son petit doigt en disant d'une voix, changé par les larmes, "Yubikiri". Je cella la promesse comme au bon vieux temps, en disant "Yakusoku suru". Il sourit au milieu de ses pleures et je compris qu'il était temps pour moi de rejoindre Sho qui attendait dans le salon. Il était en train de discuter avec mon beau-père et on ne pouvait jamais deviner comment la discussion risquait de dévier. La dernière fois, il en était venu à parler de mes notes de collège et c'était très embrassant. Je repris le carton et descendit les escaliers où j'en avait déjà entassé deux autres.

-
Alors ... on y va Shû-chan ? Me demanda le rouquin assis sur le canapé à côté d'un grand homme brun.
- Oui ... je crois que j'ai tout cette fois.
- Tu pourrais au moins dire au revoir à ton vieux père, me réprimenda l'homme à côté de lui, qui souriait malgré tout.
- Goment otosan, m'excusais je en tentant de lui faire la bise avec mon carton.

Mon frère arriva et proposa de nous aider à porter mes affaires. Il n'avait pas changé depuis que je le connaissais. Toujours aussi serviable et généreux. Il attrapa une des boîtes où j'avais entassé mes souvenirs et sortit le premier, tout en négociant avec nos parents le droit de rester dîner avec Sho et moi. Ma mère finit par cédait, comme toujours, à son caprice, mais nous demanda tout de même si ça ne nous dérangeait pas. Pour ma part, je m'en fichait un peu. J'avais toujours mangé avec lui alors ça ne me changerais pas. Sho, de son côté, était tellement ami avec mon frère qu'il n'hésita pas une seconde.
Sho posa par terre ce qu'il tenait et ouvrit la porte d'une petite maison. On avait eu du mal à l'acheter, ce n'était pas rien de le dire, mais maintenant on était bien content d'avoir réussi. Et puis ... à cinq, c'est quand même plus facile de réunir de l'argent. Comment ça "pourquoi à cinq ?" Je ne vous l'avez pas dit ? Vous aviez vraiment crus que j'allais vivre seule avec Sho ? Je suis beaucoup trop timide pour ça voyons ! Non, en fait nous partageons la maison avec ma meilleure amie, Sakura, et deux autres anciens camarades de classe ... un couple qui nous avait beaucoup surpris à l'époque où nous l'avions appris parce qu'ils n'avaient rien en commun. Qui c'est ? Alors là, je vous garde la surprise.

- Tadaima ! Hurla Sho en franchissant le paillasson. On a toutes les affaires de Shû cette fois.

Ma meilleure amie arriva en courant, un tabier autour du cou, une spatule dans les mains et les joues couvertes de chocolat. C'est vrai que c'était bientôt la Saint Valentin ...

- Hello vous deux. Tiens ... tu es venu aussi Tatsu-kun ?
- Oui, ôtoto-kun vient manger avec nous ce soir, répondis je à sa place. Tu pourrais demander à Satoshi de mettre un couver de plus lui ?
- Et puis quoi encore !

L'interessé était entré dans la pièce sans faire de bruit, des écouteurs sur les oreilles. Vraissemblablement, on l'avait dérangé en pleine séance "d'écoute de musique qui explose les tympans".

- J'ai mis la table hier, c'est à toi de t'en charger Yokoyama.
- Comment ça, me défendais-je. Selon le tableau qu'on a fait, c'est toi qui le fait aujourd'hui ! Moi je suis responsable des poussières !
- Ne vous battait pas, dit une petite voix qui venait du salon. Je vais m'en charger.

Voilà notre dernier collocataire, Ayumu Sasaki. Je n'arrivais toujours pas à croire que ce garçon adorable et généreux sortait avec ce fichu Satoshi ... et pourtant. Et le pire c'est qu'il était vraiment sincère.

- Ayu-kun ... ne t'inquietes pas, je vais m'en charger. Tu est très occupé, tu dois déjà faire le diné et tu n'as pas fini de ranger ta chambre.

Qu'est ce que je disais ? Chaque fois qu'il est question d'Ayumu, Satoshi est capable de n'importe quoi. Si ce n'est pas de l'amour ça ? Quand on était au lycée, leur relation leur avait posé pas mal de problème, juste parce que c'était deux garçons. Heureusement, Ayumu avait montré à tout le monde qu'il n'y avait rien de mal à être amoureux, même si cette personne était un garçon. Les autres avaient compris la leçon ... ou alors c'était parce que Satoshi les avait menacé de leur exploser la tête si ils embêtaient son copain encore une fois ... on a jamais su.
Après que la dispute à propos des tâches ménagères fut terminée, je décidai de mettre de l'ordre dans ma chambre. Enfin ... ma chambre, c'est un bien grand mot dans la mesure où ça ressemble plus à une sorte de bureau qu'autre chose ... ce qui est tout à faire normal. Si nous avons réussi à avoir la maison aussi peu chère, c'est parce qu'elle n'avait plus était habité de puis des années et qu'elle tombait un peu en ruine. Heureusement, nous étions tous courageux et Satoshi voulait travailler en temps que réparateur.
Je déposai les cartons et regardai la chambre vide. Pour ce soir, je n'allais pas me casser la tête à tous ranger. Je sortis mon matelat et le posa par terre, près de la fenêtre. La vue était magnifique. Elle donnait sur un champs d'Iris tellement beau que ça me donnait envis de le regardait toute la journée. On interrompit ma rêverie en frappant à la porte. C'était Sakura qui m'annonçait que le repas était prêt.
Comme il fallait s'y attendre de la part de notre cuisinier, le repas était non seulement très bien présenté mais en plus délicieux. C'était vraiment un cuisinier hors paire ... bien sur, quand je le lui dis, il rougit en disant que non pendant que Sho mourait de jalousie dans son coin. A la fin du repas, Sakura sortit dehors avec mon frère. Ces deux là, ils allaient tellement bien ensemble que je n'arrivais pas à croire qu'il leur avait fallut temps de temps pour le comprendre. Je soupirai quand je sentit quelque chose sur mon épaule. C'était Sho qui avait posé sa main dessus.

- On a vraiment eu de la chance de trouver une maison, en dehors de la ville, avec un véritable champs comme jardin.
- C'est vrai ... et en plus elle n'était pas chère, ajoutais-je en lui souriant.

Vers vingt et une heure, Tatsuya rentra à la maison, ne voulant pas se faire gronder quand il arriverait, et encore moins être fatigué pour les cours qu'il avait le lendemain. Mon cahier me revint à la mémoire et je m'écriais :

- J'ai trouvé un truc super dans mes affaires !!

Montant dans ma chambre comme une furie, j'attrappais le petit carnet bleu et le posa sur la table en l'ouvrant à la première page. En voyant cette vielle photo, Ayumu rougit en disant qu'il était vraiment tout petit à cette époque, Satoshi lui fit remarquer qu'il n'avait pas beaucoup grandit depuis, Sakura fit une remarque sur ses cheveux qui avait poussés depuis et Sho remarqua qu'on était à coté. Décidément ... il était impossible d'avoir le calme trente seconde dans cette maison. Voilà que, maintenant, Ayumu commençait à se disputer, gentiment, ils ne se disputaient jamais vraiment, avec Satoshi, qui fini par faire semblant de bouder pour qu'il vienne vers lui, Sakura paniquait en disant qu'il lui fallait une paire de ciseau et Sho ... et bien Sho ne faisait rien, lui, pour une fois. Enfin, le calme revint et nous pûmmes enfin regarder ce qui était écrit.

:méga bisous: Fin du chapitre un :méga bisous:
Merci d'avoir suivit cette histoire jusqu'à la fin du chapitre ... la suite devrait arriver vite si j'improvise sur tas à chaque fois ... évidemment, c'est du gros n'importe quoi mais bon ... c'est juste pour m'amuser et me mettre au défis ^^ Perso - vous allez dire que je suis aussi bizarre que ma fic' mais tant pis - j'adore le couple Ayumu-Satoshi. Moins que Suichi-Sho mais quand même ^^ ils vont tellement pas ensemble que ça fait un super assortiment ^^


_________________



Mise en place du service minimum, je suis désolé. Je ferais de mon mieux pour répondre malgré tout aux questions de chacun s'il y en a. Ma boite à MP reste donc ouverte.[/center]


Dernière édition par megamomo le Mar 26 Aoû - 20:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rumiko-takahashi.webnode.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Jeu 22 Mai - 14:27

ça commence bien ! tu pourrais :arbre : mettre les personnages en image ?
Revenir en haut Aller en bas
Cornelia-witch
Admin ~ That's all, folks !
Admin ~ That's all, folks !


Féminin
Nombre de messages : 3693
Age : 19
Passion(s) : : Writing. Video Games. Dance. Et peu d'autres choses.
Humeur ? : MOTHE-ivée ou MORte de rire :)
Date d'inscription : 06/01/2007

Feuille de membre
Ton humeur aujourd'hui:

MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Jeu 22 Mai - 15:56

Ah ! J'adore moi aussi le couple Ayumu-Satoshi ! Entre tous les couples de garçons des persos de TP, jamais je n'aurais mis ces deux-là ensemble ! XD Bon, je vais tout récapituler en un seul mot : SUGOI !
Voilà.

_________________


Spoiler:
 

Have fun =P:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ray-chan.e-monsite.com
Banana007
Modératrice
Modératrice


Féminin
Nombre de messages : 1278
Age : 22
Passion(s) : : je suis autiste
Humeur ? : cramoisie
Date d'inscription : 05/01/2007

Feuille de membre
Ton humeur aujourd'hui:

MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Jeu 22 Mai - 16:45

Incestes et homosexuels, ça promet xD ! Bon j'aime bien le début, on voit que Suichi et ses amis ont grandi... La belle époque est passée * snif * T-T" ... xD

_________________

[list]


Aya & Mew[/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://someonetoldmethis.tumblr.com
megamomo
Admin ~ a little sadistic
Admin ~ a little sadistic


Féminin
Nombre de messages : 2057
Age : 23
Passion(s) : : Manga, Japon, embêter les gens, écriture et rp
Humeur ? : Fatigué, heureusement que les calendriers permettent de compter les jours ...
Date d'inscription : 06/06/2006

Feuille de membre
Ton humeur aujourd'hui:

MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Jeu 22 Mai - 21:23

Banana-chan --> Eto ... j'avais prévenu que je m'amusais ... et ... attends, je vais chercher mon dico ... Voilà, maintenant que je comprends tous les mots savants je peux répondre XD ^^ Pour les relations entre frère et soeur, j'hésite encore mais si je le fais, j'inventerais une soeur à Tsubasa ou Tetsuo ^^ Pour nos deux petits homo ... j'avoue que ça faisait longtemps que j'en avais envis ... je sais, ça peut être bizarre mais c'est histoire de briser les préjugés que certain - je ne vise pas certains élèves de la classe - ont.
Sinon ... rassure toi, le but de la fic est justement qu'à travers le cahier de Suichi, il se souvienne de leur enfance.
Ray-chan --> C'est justement parce qu'on aurait jamais mis Ayumu et Satoshi ensemble (déjà parce qu'ils ont rien en commun et ensuite parce que ce sont deux garçons) que je les ai mis ensemble. Qui a t'il de mieux qu'un couple auquel on ne s'attends pas ? Et puis franchements ... ne sont ils pas trop mignon ? Mon rève ... les faires s'embrasser (quel rêve -_-") mais j'hésite encore ... je ne voudrais pas traumatiser ceux qui, malgré mon annonce, aurait eu envis de lire.
Witch en force : Voilà des images :
Suichi

Sho :
Sakura : (fan de Sakura ... souvenez vous, elle a dit qu'elle avait les cheveux trop longs dans la fic' ^^)
Satoshi :
Son chéri, Ayumu :

_________________



Mise en place du service minimum, je suis désolé. Je ferais de mon mieux pour répondre malgré tout aux questions de chacun s'il y en a. Ma boite à MP reste donc ouverte.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rumiko-takahashi.webnode.com
megamomo
Admin ~ a little sadistic
Admin ~ a little sadistic


Féminin
Nombre de messages : 2057
Age : 23
Passion(s) : : Manga, Japon, embêter les gens, écriture et rp
Humeur ? : Fatigué, heureusement que les calendriers permettent de compter les jours ...
Date d'inscription : 06/06/2006

Feuille de membre
Ton humeur aujourd'hui:

MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Ven 23 Mai - 19:44

Désolé du double post mais ... je peux pas faire autrement ou le message sera trop long -_-" Alors, voilà le chapitre deux ma fic' très space ... espérons que vous tiendrez jusqu'à la fin sans faire de crise cardiaque ... je m'en voudrais sinon XD
Sinon ... je remarque seulement maintenant mais ... Ray-chan, tu dis "dans tous les couples de garçon" ... te serais tu amusée à faire une liste ? XD

Chapitre 2 : la déclaration d'Ayumu

Sakura fut la première à tourner la page pour lire ce qui était écrit. Bien que ça soit un journal intime, ça ne me dérangeais pas que mes amis le lisent ... il n'y avait jamais rien eu de particulièrement secret là dedant de toute façon. Satoshi plaisanta en disant qu'on allait enfin savoir ce que je pouvais bien raconter à Kit, le nom que j'avais donné au cahier, pendant les cours de son père. Sho attrapa l'ouvrage et commança à voix haute :

- Jeudi 19 Juin ... ça me rappel un truc ... c'était le lendemain de l'anniversaire de Ayumu-kun ...
- Tais toi, rigola Satoshi en lui prenant le cahier des mains, je vais lire, t'es encore trop petit.
- Vous êtes gonflant, soupirais-je en le récupérant. Alors ... Chère Kit, hier, nous avons fêté l'anniversaire de Sasaki ...
- Qu'est ce que je disais ! Cria Sho avec un sourire victorieux
- Ferme la ! Avons nous tous hurlé d'un coup ... sauf Ayumu qui était en train de rougir dans son coin en voyant que cette page comportait son nom.
- Donc ... Hier, c'était l'anniversaire de Sasaki et nous avons fait la fête chez Ritsu parce qu'elle avait la plus grande maison.

Au fur et à mesur que les mots sortaient de ma bouche, les souvenirs me revenaient dans la tête. Maintenant, je me souvenait de cette journée, comme si c'était hier ... non ! Comme si je le vivais en ce moment. J'avais maintenant l'impression d'être en cours, en train d'attendre avec impatience que Sho arrive.

- Sho-kun ! Qu'est ce que tu peux être long !
- Désolé Suichi, j'ai eu du mal à trouver mes chaussures ce matin et j'ai dû les chercher pendant vingt minutes.
- Si seulement tu étais un peu plus organisé.
- Pourquoi ? Tu avais envis de me voir Shû-chan ?

Il avait pris une voix à la fois serieuse et moqueuse et je ne savais pas si il voulait me jouer un tour ou si il pensait ce qu'il disait. J'avais soudain rougit et je cherchais à me justifier en disant que c'était complètement faux. Alors que j'était en train de m'exciter toute seule pour me justifier, Sho posa ses petites lèvres chaudes, qui sentait encore le chocolat chaud qu'il avait bu le matin, sur les miennes.

- Je t'ai eu, rigola t'il en me prenant la main.
- Mais ... ça va pas bien Sho ! T'es fou ou quoi ? On est en classe et il y a déjà des élèves.
- Suichi, Soupira t'il, c'est quoi qui est en train d'attirer leur attention là. Et puis, c'était qu'un bisou de bonjour. Tu ne m'aimes pas c'est ça ?
- Pas du tout, balbutiais je en sentant que je l'avais blessé. Ce n'est pas ça c'est juste que ...
- Je plaisantais Shû. Je sais bien que tu ne me détestes pas.

Sho était toujours comme ça depuis le début de l'année. Il cherchait toujours un moyen pour être avec moi, m'embrassait sans prévenir ... ses baisers, sa façon de m'attraper le bras dès qu'on devait faire des équipes, sa voix qui me disait "je t'aime" ... tout ça, je ne le détestais pas, bien au contraire. J'aimais cette sensation de me sentir aimé mais c'était toujours difficile pour moi qu'il se fasse devant les autres. Pourtant, j'étais moi même du genre démonstratrice mais ... j'avais du mal à afficher mes sentiments quand j'étais avec lui.
Alors que j'étais en train de me disputer, une fois de plus, avec lui en lui criant d'arrêter de jouer avec moi, Satoshi entra dans la salle de classe accompagné de Mitsuki et Keiko. C'est vrai qu'à cette époque, il sortait avec Keiko depuis le début de l'année. Ayumu entra quelques minutes plus tard et le regarda, en grande discution avec sa petite amie. Il poussa un soupire à peine percible et alla s'assoire à sa place en tentant de ne pas le regarder. J'allais le voir en lui demandant se qui n'allait.

-
C'est rien, répondit il avec une sourire qui sonnait faux. J'ai pas très bien dormis hier. Eto ... Est ce que tu sais si Satoshi aime Keiko plus que tout ?
- Ce serait pas de la jalousie ? Plaisanta Sho qui m'avait suivit. T'es amoureux de Keiko ?
- Pas le moins du monde, affirma t'il sans rougir.

Vexé de c'être trompé, Sho retourna à la place et se concentra sur la leçon de mathématique qu'on avait à apprendre pour ce jour là. Voyant qu'il était trop loin pour m'entendre, je me penchai vers l'oreille de mon ami et lui chuchota :

- Ce serait pas de Satoshi dont tu es amoureux Sasaki-kun ?

Je le vis rougir puis palir en tentant de se justifier. Il avait complètement perdu son calme et ela fit lever les yeux de Sho du cahier sur lequel il les avait posé. Je lui fit signe que tout allait bien puis Sasaki, ayant retrouvé sa couleur normal, me demanda d'une voix très serieuse que je ne lui avait jamais réentendu depuis :

-
Comme tu le sais ? Tu n'en parleras à personne ?
- Et bien ... tu regardes toujours Satoshi-kun, répondis je avec un sourire amusée. Mais rassure toi ... je ne suis pas du genre à répéter un secret ... surtout un qui est aussi précieux pour toi. Mais ... qu'est ce qui t'attire chez lui ?
- Il est vraiment gentil, me confia t'il après une petit silence. Il est expressif, il n'a pas honte de dire ce qu'il pense et il est capable de protéger ses amis.

Tout en me parlant de celui qu'il aimait, les yeux d'Ayumu c'était éclairé d'une lumière. Je voyais qu'il l'aimait vraiment, qu'il ne disait pas ça pour ce faire remarquer ou parce qu'il avait confondu un autre sentiment avec l'amour. Avec une voix et une expression unique, il me parlait de celui qu'il aimait ... il se confiait à moi tout naturellement. A un moment, tout de même, il s'arrêta et me posa une question :

- Est ce que je ne suis pas bizarre d'aimer un garçon ?
- Bien sur que non ! Murmurais je, très serieuse tout à coup. L'amour n'est pas un sentiment que tu peux contrôler. Si tu aimes un garçon, tu n'y peux rien. Si tu es sincère, que ce soit un garçon ou une fille, ce n'est pas mal.

Après ça, il avait sourit et le professeur était entré. J'avais dû retourner à ma place, à coté de Sho qui avait tout compris et me passa même une message pendant le cours me disant "bravo pour ta prestation miss courrier du coeur ... Suki desu." Il avait rajouté "suki desu" à la fin ... il était vraiment adorable comme garçon. Je lui souris en écrivant "moi aussi" sur le papier, puis je le lui passa discrêtement. Enfin, on arriva à l'heure du déjeuné. Sho et moi en avons profité pour déjeuné avec Ayumu qui désespérait de savoir que Satoshi et Keiko déjeuner ensemble ... dans le parc d'à coté pour tout arranger ! En plus, comme elle était arrivée en retard, Sakura n'était au courant de rien et n'osa pas dire un mot de tout le repas, comprenant qu'il y avait quelque chose. Au bout d'un moment, Makoto, Tsubasa et Akemi, le groupe des trois inséparables qui étaient, eux aussi, nos amis, vinrent nous voir.

- Qu'est ce qui se passe ? Demanda Makoto en posant sa main sur mes cheveux. Quand vous êtes comme ça, on s'ennuit. Il n'y a personne pour mettre de l'ambiance dans la salle.
- Vous cherchez Satoshi ? Fit Akemi avec son habituel air timide et sympatique.
- Comment tu sais ? Paniqua Ayumu en me jetant un regard noir.
-
Bah ... l'an dernier vous mangiez toujours ensemble, répondit Tsubasa sans vraiment comprendre le ton agressif du jeune garçon.

Avant qu'il n'ait eu le temps d'inventer une excuse, une fille de la classe d'à coté entra en trombe dans la classe et cria :

-
Venez voir tous ! Il y a une baston en bas ! C'est Satoshi qui a des embrouilles avec un troisième année qui trouve qu'il l'a regardé de trop haut.
- Takahata a des problèmes, s'écria Ayumu en se levant.

Je ne compris rien à la suite de la scène. Poussée par Sho et Sakura, j'ai dévallé les escaliers pour savoir ce qui allait bien pouvoir se passer. J'espérais que Satoshi n'allait pas se faire taper dessus, il n'avait rien faire pour le mériter. Quand nous sommes enfin arrivé sur les lieux de la bagarre, Satoshi avait l'air de s'être pris un coup dans la figure qui avait dû lui faire très mal et Ayumu s'était interposé entre son assaillant et lui. Un rapide coup d'oeil au troisième année me permis de le reconnaitre. C'était Tokitsu, le plus violent de tout le club de karaté. Il était célebre dans toute l'école et personne n'osait jamais le défier. Le pauvre Ayumu devait être mort de peur.

- Dégage de là microbe si tu veux pas que j'te démonte, le menaça t'il en lui montrant son poing.
- C'est hors de question que tu fasses mal à Takahata-san ! Balbutia mon ami en regroupant toutes le courage qu'il avait. Tu ne toucheras pas à Takahata parce que je le protègerais !
- Pourquoi tu veux sauver un avorton pareil microbe ?
- Parce ... Ayumu ne trouvait pas ses mots. Il ne savait pas du tout comment explimer ses sentiments devant autant de monde mais il fini par crier. Parce que moi, j'aime Takahata !

Le garçon fut tellement surpris d'entendre une telle declaration qu'il stoppa son poing qui allait le frapper. Sho et moi en profitâmes pour lui asségner un violent coup de pied, lui en pleine figure et moi ... un peu plus bas disons. Après cela, il préféra s'en aller, surment pour ne pas montrer combien il avait mal ... faut dire que ça avait dû être assez douloureux. Une fois que le groupe qui s'était formé ce fut dissipé, n'osant pas aller parler à Ayumu à cause d'une Sakura et d'une Mitsuki prêtes à tout pour éviter qu'on lui pose des questions génantes, Keiko alla voir le héro qui se remettait tout juste de sa frayeur.

- Et bien ... c'est ce qu'on appel une belle déclaration Sasaki. Je ne pense pas que je devrais abandonner mais ... peut être que la meilleure chose à faire c'est de te laisser Satoshi ... pour quelque temps parce que je n'ai pas l'intention d'abandonner.

Il eu un petit sourire en se rendant compte qu'elle ne se moquait pas d'elle et comprenait ses sentiments, puis il nous accompagna jusqu'à l'infirmerie où j'allais m'occuper de la blessure de Satoshi. Dès qu'on entra dans la pièce, je m'armai d'un coton et d'un produit désifectant et commençait à soigner mon camarade qui criait des injures.

- Ite ! Yokoyama ! T'es sur que t'es bien une fille !
- Bien sur, j'ai bien vérifier, rigolais je en appuyant un peu plus sur sa coupure, pendant que Sho lui cherchait un pensemant.
- Ano ... commença timidement Ayumu qui était resté à l'écart. Pour ce que j'ai dit tout à l'heure ... je suis vraiment désolé, ça a dû vous embarasser Takahata-san.
- Ite ! Yokoyama ! M'hurla t'il avant de répondre. A vrai dire ... au début ... oui un peu. Et ensuite, Keiko m'a dit qu'elle m'offrait une semaine avec toi où elle ne ferait rien, puis qu'après elle tentera de me récupérer. En disant cela, elle avait l'air de te concidérer comme une véritable rival alors je me suis dit que tu devais être vraiment sincère ... de tute façon pour s'opposer comme ça Tokitsu, tu es sois vraiment amoureux, sois complètement fou.

- c'est ainsi, Kit-chan, que Sasaki put être le petit ami de Satoshi pour une semaine ... j'espère vraiment que ça va marcher entre eux deux, même si ce n'est pas très gentil pour Keiko. Mais après tout, elle a la cote, elle trouvera facilement un autre garçon. Mata ashita. Suichi.

J'avais terminé la lecture. Entre temps, on avait fait une courte pause pour faire du chocolat chaud et tous mes amis étaient assis sur le canapé, leur tasse dans les mains, buvant les derniers mots que j'avais prononcé. Ayumu était rouge de honte de se souvenir de cette journée. Satoshi, en posant son chocolat, lui ébouriffa les cheveux en disant :

- Bah, ça a bien marché entre nous ... on est de supers amis tous les deux, non ?
- Des amis ? Demanda Ayumu d'une voix timide. Oui ... peut être.
- Je plaisante Ayu-kun. Ai shiteru.

Tout en disant ces mots, il lui fit un petit bisou sur le front et mon ami devint encore plus rouge, si c'était possible. Je posai mon cahier sur la table, promettant de lire la suite le lendemain, si tout le monde allait se coucher. J'étais morte de fatigue et, après ces souvenirs, j'étais sur de faire des rêves aussi beau que cette journée.

:amoureux: Fin du chapitre :amoureux:
Voilà le premier chapitre de souvenir qui expliquait comment Ayumu et Satoshi c'était mis ensemble, même si ça ne c'est pas fait en un jour ... en effet, Satoshi a mis assez longtemps pour assumé son amour pour Ayumu ... même si - malgré ce qu'elle disait, Keiko a complètement laissé tombé après avoir rencontré un magnifique footballeur le lendemain XD Enfin ... un chapitre un peu baclé encore une fois, très space ... complètement fou et pas aprofondis mais je l'aime bien ^^


_________________



Mise en place du service minimum, je suis désolé. Je ferais de mon mieux pour répondre malgré tout aux questions de chacun s'il y en a. Ma boite à MP reste donc ouverte.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rumiko-takahashi.webnode.com
Banana007
Modératrice
Modératrice


Féminin
Nombre de messages : 1278
Age : 22
Passion(s) : : je suis autiste
Humeur ? : cramoisie
Date d'inscription : 05/01/2007

Feuille de membre
Ton humeur aujourd'hui:

MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Ven 23 Mai - 23:02

Ah j'imagine trop la scène du "round" avec Ayumu qui s'interpose xD Très pâle mais un air déterminé sur son visage... Hin hin n_n
x)

_________________

[list]


Aya & Mew[/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://someonetoldmethis.tumblr.com
Cornelia-witch
Admin ~ That's all, folks !
Admin ~ That's all, folks !


Féminin
Nombre de messages : 3693
Age : 19
Passion(s) : : Writing. Video Games. Dance. Et peu d'autres choses.
Humeur ? : MOTHE-ivée ou MORte de rire :)
Date d'inscription : 06/01/2007

Feuille de membre
Ton humeur aujourd'hui:

MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Sam 24 Mai - 21:14

J'ai adoré ce chapitre... Oui, j'ai également fait une liste XD
Sinon, j'ai oublié de te dire que j'adorais le fait qu'ils soient colocataires.

_________________


Spoiler:
 

Have fun =P:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ray-chan.e-monsite.com
megamomo
Admin ~ a little sadistic
Admin ~ a little sadistic


Féminin
Nombre de messages : 2057
Age : 23
Passion(s) : : Manga, Japon, embêter les gens, écriture et rp
Humeur ? : Fatigué, heureusement que les calendriers permettent de compter les jours ...
Date d'inscription : 06/06/2006

Feuille de membre
Ton humeur aujourd'hui:

MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Sam 24 Mai - 22:26

hum ... j'avoue que ça devait être très comique ... le mec musclé comme pas possible, l'autre tellement brute qu'il fait peur et l'espèce de moustique au milieu "je viens te protéger" très réaliste en effet
Sinon ... je me suis amusé à créer un Sho un peu plus entreprenant que dans TP ... c'est vrai, quoi ... y sont trop timides pour s'embrasser, où est ce qu'on va ?! A part ça ... hors sujet mais j'ai mangé des Okonomiyaki ce soir et, heureusement, cette fois j'ai pu en profiter - la fois d'avant j'étais malade.
Ray-chan --> Moi aussi j'aime bien le fait qu'il soit collocataire ... même si - quand je l'ai dit à mes amis de classe - ils n'ont pas pu s'empêcher de me dire que c'était déplacé ... quels vicieux (en plus il me dise que je suis vicieux parce que je lis du yaoi)

Chapitre 3 : Le journal a disparut.

Le soleil filtrait par la fenêtre de ma chambre et me réveilla doucement en ce chaud matin de mai. Comme ça faisait plaisir de savoir que je n'allais pas devoir me lever pour aller en cours ... et comme j'avais posé un jour de congé à la mangathèque où je travaillais, je n'étais même pas obligée de me lever tout de suite. Mon futon était tellement doux que je n'avais pas envis de le quitter. Pourtant, il allait bien falloire m'y résoudre avant la fin de la journée car j'avais du rangement à faire et plusieurs mangas à lire pour pouvoir mieux conseiller les futures clients. Satoshi était partit tôt le matin, travaillant dans un petit café au centre de la ville qui ouvrait vers sept heures et Sakura devait déjà être au magasin de fleurs dans lequel elle travaillait avec Ritsu. Sho, de son côté, avait dû partir tôt pour être à l'heure à l'université. C'était le seul de nous cinq qui avait continué ses études et ce n'était pas facile tous les jours pour lui de penser qu'il allait devoir aller à l'école le lendemain. Je soupirai en me disant que j'avais vraiment envis de le voir et me levai distrètement pour aller à la fenêtre de ma chambre. Mes cartons jonchaient le sol et il était presque difficile de se frayer un chemin. Quelqu'un frappa à la porte et entra. C'était Ayumu, un tablier autour du cou, une casserole à la main, qui me demandait si je voulais manger des okonomiyaki pour le déjeuné. J'avais oublié qu'il était originaire d'Osaka et que ce plat était sa spécialité ... et mon préféré. Je poussa un grand "oui" et il repartit s'activer en cuisine. Il n'y avait donc que moi qui ne faisait rien aujourd'hui ?
J'attrapai mon futon et le rangait dans un coin pour faire de la place. Il allait falloire tout ranger et j'avais intérêt à le faire vite si je voulais pouvoir commencer à travailler. En effet, en plus de travailler dans la mangathèque de la ville, j'avais aussi décidé de devenir mangaka. Depuis toute petite, j'étais très bonne en dessin et j'avais toujours eu une imagination débordante, c'est en tout cas ce qu'on me disait. J'avais donc eu envis de mettre ces talents au service du rêve des enfants, seulement, c'était la panne sèche. Peut être que dans un espace rangé, les idées allait me revenir. J'attaquai donc le premier carton quand je me dis que, finalement, l'organisation que j'avais faite était nulle. Je déplaça donc ma bibliothèque sur le mur où se situait la porte puis je déplaçai mon bureau vers celui qui se trouvait à droite, laissant libre celui d'en face, qui avait la fenêtre, pour lit. En face de mon bureau, je plaçai, difficilement, un placart pour ranger mes vêtements. Enfin, l'organisation principal fut terminée et je me surpris à penser que j'aurais préféré être en cours. Vers treize heures, Ayumu me cria qu'il était l'heure de venir à table. Sakura, Sho et Satoshi mangeaient à leur travaille et on allait donc être tout seul ... c'est pour cela que je m'étonna en voyant le nombre d'Okonomiyaki qu'il y avait sur la table.

- Tu as crus que je mourerais de faim Ayumu ?
- Désolé, s'excusa le garçon. J'étais tellement content de cuisiner que j'en ai fait un peu trop. Mais au moins il en restera pour demain.
- ça, je ne te le fais pas dire, plaisantais-je avant de me jetter sur ma part.

Le repas fut délicieux et je réussi à manger deux okonomiyaki entiés avant de boire un verre entier de thé vert pour faire passé le mal de ventre qu'avait provoqué le le fait que j'avais ingurgité plus que je le pouvais. Je remerciai Ayumu pour le repas avant de monter dans ma chambre pour m'allonger dans mon lit. J'étais horriblement fatiguée maintenant et il allait ma falloire une longue pose avant d'avoir le courage de faire les poussières. Sans savoir comment, je finis par m'endromir, avant d'être violemment réveillé par mon ami qui me criait qu'il allait se chercher un petit boulot. C'est vrai qu'il était le seul à n'avoir encore rien trouvé à faire. Il aimait la cuisine et envisageait bien d'être cuisinier, mais il avait du mal à trouver un post dans un petit restaurant. Je jettai un coup d'oeil sur mon réveil, posé sur le plancher et poussa un cri en voyant qu'il était déjà trois heures. Je n'avais pas encore vidé un seul carton ! Je pris le premier qui était près de moi et regardai à l'intérieur. Que des mangas ... il fallait s'en douter. Je renversa le contenu sur les planches en bois pour les trier par auteurs avant de les mettre dans ma bibliothèque, avant d'y rajouter encore une deuxième caisse. J'en avais vraiment plein ! En même temps, maintenant que je travaillais pour la mangathèque, on m'en offrait fréquemment, me demandant de donner mon avis dessus. Déjà deux cartons en moins ... plus que cinq. Une petite fatigue me pris et je fus sur le point de renoncer à terminer mon rangement ce jour là. Pourtant, il le fallait bien si je voulais être tranquille après. J'attrapai une autre boîte et regardait à l'intérieur. Tout le nécessaire pour mes mangas étaient dedant, je n'avais plus qu'à tout mettre en ordre sur mon bureau et dans les tiroires. L'encre, les trames, mes croquis ... j'avais un peu de tout et le pire était que, malgré tous les crayons qui trainaient un peu partout, je n'avais pas un seul endroit où les mettre. J'étais pourtant sur d'avoir glissé un pot à stylo quelque part avant de partir. Quoi qu'il en soit, je ne pouvais pas être ralantis par un détail pareil. Sho sortait dans une heure et j'avais prévu de lui faire une surprise en allant le rercher. Je disposais donc toutes mes affaires dans les tiroires, laissant juste les stylo et les crayons sur la table pour pouvoire les ranger dès que le pot à pot serait retrouvait. Je savais que les trois autres cartons comportait surtout des vêtements que ma mère avait voulu me faire prendre - il y avait, entre autre, mon kimono et mon yukata d'été - et un gros tas de poster qui allait venir tapisser mes murs. Après une demie heure de dure labeur, j'avais déjà bien avancer et, même si quelques objets trainés encore par terre, le plus gros était terminé. Il ne me restait plus qu'à m'habiller pour venir à la rencontre de celui qui me tenait à coeur. Qu'est ce que je pouvais bien mettre ? C'était le printemps, il y avait un festival en ville ... pourquoi ne pas en profiter pour mettre mon yukata ? En même temps, un jean avec un débardeur serait plus de rigueur ... j'hésitai pendant quelques minutes avant de me décider pour mon ensemble numéro deux. M'habillant en moins d'une minutes, je regrettai quand même de ne pas m'être changé plus tôt. J'allais finir par être en retard à perdre du temps. On était à plus de dix minutes de la ville, et donc de son université.
Après une course effrénée contre le temps, je réussi à arriver, exactement au moment où la cloche sonnait la fin des cours. Des élèves, tous plus grands les uns que les autres, étaient en train de sortir du grand bâtiment en j'entendais dans la cour des "y'a une belle rousse à l'entré". Pourtant, j'eu beau regarder autour de moi, je ne voyais personne. Il fallut de je vois les regards qui me fixaient comprendre que c'était de moi qu'on parlait. Sho sortit à ce moment là et me sauta presque dans les bras, me faisant une petite bise sur la joue droite.

- C'est qui Mitoreno ? Demanda un petit brun.
- C'est ta grande soeur ? Ajouta un autre garçon
-
Bien sur que non, répondit il avec un sourir. Je vous présente Suichi. C'est ma petite amie.
- Ta quoi ? S'exclama un des plus grands pendant que d'autre s'exclaffaient. Tu sais que c'est mal de mentir.
- Mais je vous jure que ... tenta t'il avant que je l'intérompe.
- Laisse tomber Sho-kun. Ces garçons sont stupides et j'ai encore plein de chose à faire à la maison. J'ai toute ma chambre à terminer de ranger.

Les imbéciles se regardèrent, comprenant qu'ils avaient peut être fait une erreur. Après dix minutes de marche, nous arrivâmes enfin à la maison, encore vide. Je voulu aller ranger ma chambre quand Sho me cria, d'en bas, si j'avais récupéré mon journal. Bien sur que non ... en tout cas je n'en avais pas le souvenir.

- Pourquoi tu demandes ça Sho ?
- Il est introuvable Suichi ... il n'est plus là où on l'a posé hier.

Je commençai à paniquer, puis me dit qu'il valait mieux que je garde mon calme. Après tout, je n'avais pas de preuve qu'on me l'avait pris. La seule chose sur était qu'il n'était pas à sa place ... maintenant que j'y pensais, il n'y était pas non plus quand j'avais déjeuné avec Ayumu. Peut être était ce Satoshi qui l'avait prit pour avoir quelque chose à faire quand il n'y avait pas de clients ... où Sakura qui voulait savoir ce que je disais d'elle. Sho et moi décidâmes de nous séparer. Lui irait voir Satoshi et j'irais à la rencontre de mon amie. J'étais paniquée ... je tenais beaucoup à ce carnet ... tous mes souvenirs de lycée était consigné à l'intérieur !
En très peu de temps je fus dans le magasin de Sakura et Ritsu. J'étais essouflée mais je lui demanda de but en blanc si c'était elle qui avait prit mon cahier le matin. Elle vérifia dans son sac et dans le reste de ses affaires mais il restait introuvable. S'excusant auprès de Ritsu, elle rentra avec moi pour le chercher. Peut être était il tombé dans la poubelle ou tombé dans le champ d'iris. Sho et Satoshi avait déjà prévu cette possibilité et, quand nous arrivâmes, la poubelle avait été complètement fouillé et ils étaient en train de se traîner dans les fleur pour voir si ils ne le trouvaient pas ... rien. Pas la moindre trace d'une page cadrillée. Pas le moindre cahier bleu. Je soupirai ... où avait il bien pu passer. Et si ... c'était le jour des poubelles aujourd'hui ! Peut être qu'il avait été embarqué à la décharge ! Je tremblais à cette possibiltée. Sans attendre une seconde, nous courûmes tous vers la déchêterie et commençâmes à fouiller dans la partit "papier", heureusement petite. Rien non plus ici. La seule chose qui ressortit de notre aventure était la crasse dont on était maintenant taché. A notre retour à la maison, j'étais paniquée et nous prîmes tous une bonne douche pour retirer les saletés qu'on avait sur nous. Je n'arrivais pas à croire que mon cahier est disparut comme ça.
Alors que je pensais ne jamais le revoir, Ayumu rentra et nous trouva tous sur le canapé. Il avait l'air étonné qu'on soit dans un état de choc, et parfois encore avec des épluchures de pomme sur la tête.

- Qu'est ce qui c'est passé ?
- Le journal de Suichi a disparut, proclama Sho d'une voix triste.
-
Mais pas du tout, répondit le petit brun très sérieux. Il trainait sur la table alors je l'ai posé sur la comode du salon.

Sans écouter la suite des ses explications, nous nous précipitâmes vers le lieu qu'il nous indiquait. Il était bien là ... propre, beau ... il était comme je l'avais laissé la veille. Satoshi, que cette histoire avait fatigué, serra Ayumu dans ses bras avant d'aller s'assoire dans le canapé en disant que, maintenant, nous avions bien le droit à une nouvelle histoire. Son petit ami alla préparer un vrai festin, composé des okonomiyaki que nous n'avions pas mangé à midi, et fit à l'avance des chocolats cette fois. Il revint ensuite s'assoire à coté de Satoshi portant tout le repas sur un plateau en fer. Je pris quelques bouchés de mon plat et tournau plusieurs pages avant d'arriver à l'endroit où nous nous étions arrêté la veille. Je pris alors une voix solanelle et commença.

:bisoussssss: Fin du chapitre :bisoussssss:
Cette fois, je n'ai pas parlé d'Ayumu et Satoshi, ni de Suichi et Sho ... j'avais envis de faire tout simplement un chapitre intermédiaire. Suichi a fini par ranger sa chambre ? Là est la question qui réside à la fin XD et où est passé son pot un crayon ... un mystère que nous devrons eclaircire XD Alors comme ça, Shû veut être mangaka ... j'espère qu'elle y arrivera.


_________________



Mise en place du service minimum, je suis désolé. Je ferais de mon mieux pour répondre malgré tout aux questions de chacun s'il y en a. Ma boite à MP reste donc ouverte.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rumiko-takahashi.webnode.com
megamomo
Admin ~ a little sadistic
Admin ~ a little sadistic


Féminin
Nombre de messages : 2057
Age : 23
Passion(s) : : Manga, Japon, embêter les gens, écriture et rp
Humeur ? : Fatigué, heureusement que les calendriers permettent de compter les jours ...
Date d'inscription : 06/06/2006

Feuille de membre
Ton humeur aujourd'hui:

MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Lun 26 Mai - 23:10

Déjà le chapitre 4 ... faut dire que, ces derniers jours, j'ai vraiment besoin d'écrire pour me sentire bien ... si j'écris pas, je me sens triste. Et en plus, j'ai sans arrêt de cerveau en ébulition avec des idées partout ... c'est d'ailleurs pour ça que j'ai crée cette fic ... elle me permet d'écrire vraiment tout ce qui me passe par la tête sans tout suprimer après parce que je trouve, finalement, c'est foireux. Enfin bref ... encore un nouveau chapitre. Faut que je tienne la cadence XD (moi je dis que c'est pas professionnel ce que je fais mais bon)

Chapitre 4 : Le garçon trombé du ciel.

- Vendredi 20 mai ... Aujourd'hui, il c'est passé quelque chose d'incroyable ...

Encore une fois, les souvenirs de la journée me revenait en tête et je me voyais, discutant avec Sho, Satoshi et Sakura sur le moyen le plus sur de réussir l'interro d'anglais, quand Ayumu entra dans la salle. Pour une fois, il avait un grand sourire et cela me faisait plaisir. ça faisait du bien qu'il ait laissé tombé sa mîne triste qu'il abordait habituellement qui qui me donnait l'impression qu'il allait sauter par la fenêtre. Il vint nous voir et dit

- Bonjours Takahata-san !
- Ohayo Sasaki ... tu as l'air de super humeur aujourd'hui, fit remarquer Sho et quittant des yeux son manuel. Il y a une fête ?
- Non, mais je suis heureux que Takahata-san ne m'ait pas balancé d'injure après ce que j'ai dit hier.
- Tu es vraiment simplet comme garçon Ayumu, soupira l'interessé en attrapant le livre de Sho afin de lire la leçon.

Alors qu'il aurait dû se vexer de la remarque, Ayumu sourit de plus bel en disant "Takahata m'a appelé par mon prénom ! Sugoi". Satoshi faisait vraiment des efforts depuis qu'il avait accepté de sortir avec lui et était vraiment très gentil avec Ayumu. En même temps, il était tellement mignon avec ses sourires et ses petits cris de joie pour quelque chose d'aussi futil, qu'il était impossible de ne pas craquer. Keiko et Mitsuki arrivèrent quand Ayumu avait crié et rièrent toutes les deux en voyant le visage embarassé du jeune garçon. Satoshi tenta tout bas un "help me" vers Keiko qui lui fit un signe de main avant d'aller voir Ayumu.

- Félicitation, dit elle en riant. Je vois que tu as réussi à te raprocher un peu plus de Satoshi ... tu devrais l'appeler par son prénom.
- Ano ... Hikari-san, bredouilla le garçon qui cherchait ses mots, ça ne vous dérange pas ? Vous n'êtes pas sencé aimer Takahata-san ?
- Non merci ... j'ai rencontré un garçon au club de foot ce matin qui m'a proposé de sortir avec lui ... il était tellement mignon que je n'ai pas pu lui dire non, donc je te laisse Satoshi-kun.
- Mate ! S'écria Satoshi en entendant ça. Comment ça tu t'es trouvé quelqu'un aussi vite ? ça veut dire que tu me laisses tomber aussi facilement ?

Keiko hocha la tête en souriant et se dirigea vers sa table. Elle avait l'air de très bonne humeur, ce qui était très rare. En voyant qu'il avait été remplacé aussi rapidement, Satoshi soupira et rendit son manuel à Sho avant de regargner sa place, me rendant ma chaise. Ayumu avait l'air de sentir la tristesse de la personne qu'il aimait et sa joie du matin c'était déjà évaporé. Je ne pouvais pas m'empêcher de penser "pauvre petit". Il devait se sentir mal alors qu'il n'y était pour rien dans toute cette histoire.

- Ta ... Takahata-san, commença t'il en rejoingnant la table de Satoshi. Je suis vraiment désolé ... c'est de ma faute si Hikari-san aime un autre garçon maitenant ... je ne sais pas ce que je peux faire pour me racheter mais ...
- Boucle là ! Le coupa Satoshi soudain très énervé. Tu me gonfles ! J'ai jamais demandé à ce que tu me colles alors vire de là et ne m'adresse plus la parole.

Je voyais les larmes monter aux yeux de Ayumu qui se sentait de plus en plus coupable de la situation. Avant que je n'eu le temps de réagir, Sakura avait quitté sa place et c'était dirigée vers la table de Satoshi avant de le frapper d'un geste théâtrale.

- T'étais pas obligé de t'en prendre comme ça à Sasaki, Satoshi ! Il s'est excusé et il ne pensait pas du tout de causer de problème ! Est ce que c'est ça faute si c'est de toi et pas d'une fille dont il est tombé amoureux ? Si tu t'avises encore une fois de lui faire du mal je ne me contenterais pas d'une simple gifle !

Toute la classe c'était tournée vers l'endroit où se passait l'action et, heureusement, le professeur entra à se moment pour calmer l'ambiance. Je pense qu'une minute de plus et une véritable bagarre aurait éclaté. Dans le fond, j'étais bien d'accore avec Sakura. Satoshi n'avait pas à s'en prendre comme ça à Ayumu alors qu'il savait très bien qu'il était assez fragile sur le plan sentimental. Pendant le déjeuné, personne ne s'adressa un mot et j'avais vraiment l'impression de manger seule, surtout que Sho n'osait en vouloir à personne car Satoshi était son meilleur ami mais qu'il était plutôt pour le partit d'Ayumu. D'un coup, le bento de ma mère me semblait moins bon. La dispute du matin avait fait le tour de l'école et, dans les couloirs, tout le monde était en train d'en parler. Ceux qui n'avait pas assisté à la déclaration d'Ayumu était maintenant au courant et la rumeur prenait de plus en plus d'empleur. Dans son coin, celui-ci n'avait pas gouté à son repas et, pour être honnête, je pensais même qu'il c'était endormis sur son cahier de mathématique. Après avoir mangé deux onigiri, je ne pus en supporter plus tellement l'ambiance était tendu, j'allai le réveiller calmement, avec Sho qui se disait qu'il risquait fort de perdre son meilleur ami.

-
Sasaki-kun, réveil toi ... ce n'est pas encore l'heure de dormir.
- hum, murmura t'il en ouvrant un oeil. Yokoyama-san ? Mitoreno-san ? Je me suis endormis ?

J'hochai la tête et lui baissa la sienne. Il devait être honteux de s'être endormis en cours mais Sho passa sa main dans ses cheveux et les larmes qu'il s'apprétait à verser s'arrêtèrent.

-
Okasan me caressait souvent comme ça quand j'étais petit ... ça me faisait du bien, j'avais l'impression d'être un chat ... le chat, il se fiche des problèmes, alors après, je me sentais mieux.
- Merci Mitoreno-kun, répondit Ayumu avec un sourir.

Le reste de la journée se passa tranquillement, sans que Satoshi s'excuse pour son attitude du matin, ou que Sakura retrouve son calme. Bien que continuant à se sentir coupable, Ayumu allait bien mieux depuis l'heure du déjeuné et moi je pensais vraiment que j'avais le meilleur petit ami au monde. La seule que cette bataille n'intéressait pas était Keiko, bien trop occupé à penser à son nouveau copain. Tsubasa, Akemi et Makoto, qui avait bien compris la situation et, contrairement aux autres élèves de la classe, n'avait pas de préjugé, nous proposèrent de faire un tour en ville pour nous changer les idées. Malheureusement, la mauvaise humeur qui régnait eu raison de notre solide amitier. Au fond de moi, je trouvais ça un peu dommage.
J'avais laissé tomber tout espoire de nous réconcilier quand, alors que nous sortions et rentrions chez nous, j'aperçut un attroupement devant l'école. Demandant des renseignements à des filles qui le rejoingnait, j'appris qu'il y avait là un petit garçon. Sans être particulièrement intéressé, mais voulant faire mon travaille de chef de classe, je cherchai à les faire partir pour m'occuper de ce petit perdu. Quand, enfin, je réussi à le voir, je fus plus surprise que je ne l'aurais pensé. Il devait être américain ou d'une autre nationalité mais je doutais fort qu'il soit japonais. En effet, il avait des cheveux blonds comme les blés et ces yeux étaient aussi bleu que la mer. Je restai plusieurs secondes à le regardait quand je vis qu'il avait l'air mal en point. En effet, vu les traces qu'il avait, il avait dû se faire taper par un groupe.

- Qu'est ce qui t'arrive ? Tu es perdu ? Lui demandais je après un temps de réflexion. Tu as un frère ou une soeur dans l'école ? Je peux les faire appeler si tu veux.
- Je veux voir Suichi Yokoyama ! S'exclama le garçon d'une voix ferme.
-
ça tombe bien, repondis je avec un sourire. Je suis Suichi. Comment t'appels tu ?

Il ne répondit pas. Derrière moi, mes amis s'étaient regroupés et regardait le petit avec de grands yeux. Il n'avait pas l'air bien méchant et en plus, il avait réussi à calmer le froid entre Satoshi et Sakura qui, même si il ne se parlait toujours pas, c'était au moins raproché.

- Je viens de New York, continuat il sans le moindre accens américain, et okasan m'a beaucoup parlé de toi ... Okasan, c'est la meilleure amie de ta maman ... il parait que tu réussis à rendre le sourire aux gens ! C'est vrai ?!
- Et bien, bredouillais je en ne sachant quoi répondre. C'est vrai qu'on m'avais souvent fait la remarque mais je ne m'étais jamais posé la question. Je n'eu pas le temps de réfléchir plus longtemps, mes amis répondirent à ma place d'une même voix.
-
Bien sur que c'est vrai !
- C'est comme un pouvoir magique, ajouta même Sakura.

Le garçon avait l'air de plus en plus décidé et je commençais à avoir peur de ce qu'il allait me demander. Peut être que c'était un chasseur de sorcière et qu'il pensait que j'en était une ? En tout cas, j'avoue sans honte que je n'étais pas au top à ce moment précis ... en tout cas, je ne l'étais pas jusqu'à ce qu'il se mette à genou devant moi et commence à me suplier :

- S'il vous plait, onee-sama, aidez mon petit frère.

Il avait complètement changé et avait commencé à me vouvoyer et à m'appeler "grande soeur". Aider son petit frère ? Moi, je voulais bien mais ... comment est ce que je pouvais faire ? Comme si il avait lu cette question dans mes yeux, il y répondit en se relevant.

- Plus qu'il est petit, mon frère n'a jamais sourit. Maintenant, il est malade et c'est pour ça que nous sommes allé au Japon avec okasan et otosan ... parce que mon frère avait envis d'aller au Japon. Mais malgré ça, il ne sourit toujours pas et j'ai peur qu'il ne tombe vraiment malade sans jamais avoir connu le bonheur de sourire. Si vous pouviez lui transmettre un peu de votre joie, onee-sama.

Il avait une façon de s'exprimé qui ne me faisait pas vraiment penser à celle d'un enfant mais, en même temps, il avait l'air tellement appeuré que je ne pu lui dire non. Vu les coupures qu'il avait un peu partout, je me doutais qu'il n'avait pas pris le chemin le plus facile pour venir jusqu'au lycée mais il m'expliqua que c'était parce qu'il avait rencontré une bande de garçon qui l'avait tapé. Je voulu lui dire quelque chose mais il me coupa en disant que c'était urgent.
Un quart d'heure plus tard, on était à l'hôpital. C'était le même que celui où j'étais allée après mon coma, il y a cinq ans, et j'avais encore un peu peur de ce lieu. Suivit par mes camarades, je me dirigeai vers la chambre du frère du garçon. C'était la 109. Je poussai la porte en espérant qu'il n'était pas trop tard et vit un petit garçon qui regardait pas la fenêtre, les yeux dans le vide. Il avait l'air vraiment triste et j'avais mal au coeur, rien qu'à le voir. Une fois rentré, je fermai la porte, demandant seulement à Sakura et Satoshi de venir ... si je voulais que leur colère ce calme, je devais en profiter. En voyant qu'il y avait dans sa chambre des gens qu'il ne connaissait pas, le petit paniqua. Son frère tenta de le rassurer mais, sans succès. Tentant avec douceur la technique que m'avais appris Sho à midi, je m'approchais de lui et le caressa, en m'assayant sur le lit. Très vite, son visage s'éclaira et il oublia sa peur. Nous commençâmes à disucuter, parlant de pourquoi il avait toujours l'air triste. Apparemment, il avait peur de ne pas être à la hauteur de ce que ses parents et son frère attendait de lui. Son frère, en entendant cela, le pris dans ses bras et lui dit qu'il était désolé de lui avoir mis la pression, ajoutant qu'il l'aimait comme il était mais, qu'avec un sourire, ce serait encore mieux. Il fit un faible sourire, puis retenta sa chance et réussi même à rire. Le garçon était content et ne savait pas comment me remercier, même si je n'avais rien fait. J'avais juste joué les psycologue.
Avant de rejoindre mes amis dans le hall, je demandai à Satoshi et Sakura si il n'avait pas envis de faire la paix, avant de finir à l'hôpital eux aussi, juste pour une petite dispute qui aurait terminé en bagarre. Touché par ce qui venait de ce passait, il acceptère et Satoshia alla même jusqu'à s'excuser auprès d'Ayumu pour lui avoir crié dessus. Sur le chemin pour rentrer chez moi, j'entendis quelqu'un qui courait. C'était le petit blond qui m'avait suivit.

-
Onee-chan ! Grace à toi, mon frère à retrouvé le sourire et les médecins on compris que sa maladie était dû à la peur de ne pas être à la hauteur ... on va donc retourné à New york la semaine prochaine, mais je promet que je reviendrais te voir quand je serais plus grand !

Je sourit en l'entendant. C'était une bonne nouvelle de savoir que son frère était hors de dangé. Au moment où j'allais ne plus le voir, je l'entendis crier "Au fait ! Mon nom c'est Akira !"

- Et voilà Kit ... dans cette histoire, ont peut vraiment dire que Akiraest un ange qui a protégé notre amitié.

J'avais la gorge sèche d'avoir trop lu et bu un verre entier d'eau pour le faire passer. Quand je l'eu fini, on frappa à la porte. Personne n'avait particulièrement envis d'aller ouvrir, bien tranquille sur le canapé et Ayumu, le seul qui se serait surment déplacé, s'était endormis de fatigue à la moitié de l'histoire. Je me levai la première pour y aller, ne supportant plus le bruit de la sonette, et ouvrit la porte pour tomber nez à nez avec un garçon qui me semblait familier.

-
Salut onee-chan ! Je suis revenu !

:bonnet noël: Fin du chapitre :bonnet noël:
Mon dieu, quel suspens ... qui est donc le garçon à la porte XD On se pose vraiment la question. Un chapitre sur réaliste (genre, elle a réussi à résoudre tous les problèmes rien qu'en parlant) mais que j'aime bien XD


_________________



Mise en place du service minimum, je suis désolé. Je ferais de mon mieux pour répondre malgré tout aux questions de chacun s'il y en a. Ma boite à MP reste donc ouverte.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rumiko-takahashi.webnode.com
Banana007
Modératrice
Modératrice


Féminin
Nombre de messages : 1278
Age : 22
Passion(s) : : je suis autiste
Humeur ? : cramoisie
Date d'inscription : 05/01/2007

Feuille de membre
Ton humeur aujourd'hui:

MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Mar 27 Mai - 16:47

J'ai lu les deux chapitres, j'ai trouvé ça très bien, ça me donne envie de dessiner *w*

_________________

[list]


Aya & Mew[/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://someonetoldmethis.tumblr.com
megamomo
Admin ~ a little sadistic
Admin ~ a little sadistic


Féminin
Nombre de messages : 2057
Age : 23
Passion(s) : : Manga, Japon, embêter les gens, écriture et rp
Humeur ? : Fatigué, heureusement que les calendriers permettent de compter les jours ...
Date d'inscription : 06/06/2006

Feuille de membre
Ton humeur aujourd'hui:

MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Dim 1 Juin - 15:29

Bon ... je recommence le chapitre cinq parce que, alors que j'avais bien avancé l'histoire, j'ai malencontreusement appuyé sur le mauvais bouton. Ainsi, au lieu d'agrandire la page, j'ai touché la petite croix ... chouette alors. Bon ... il ne me reste plus qu'à tout refaire. Allez ... troisième édition ... j'espère que je ne devrais pas le refaire une quatrième fois.

Chapitre 5 : Le duel amoureux. (je sais, le nom est nul)

- Salut onee-chan ! Je suis de retour !

Il n'y avait que deux personnes au monde qui m'appelait "onee-chan". La première était mon petite frère, Tatsuya, le deuxième était le petit blond qui se tenait devant moi, droit comme un I. Akira avait beaucoup grandit depuis la dernière fois que je l'avais vu et je n'arrivais pas à croire qu'il était plus jeune que moi. Peut être que ceux qui vivent dans des grandes villes deviennent plus vite adultes que les autres. Je lui demandai ce qu'il faisait là.

-
Et bien ... je vais passer deux jours ici avec okasan ... on est dans un petit hotel en ville mais je voulais venir te voir alors je suis allé jusqu'à chez toi mais ton frère m'a apprit que tu avais déménagé. Comme il avait peur que je me perde, il a voulu venir mais ta mère s'y est oposé en disant qu'il avait des devoirs alors il m'a fait un plan ... mais malgré tout, je me suis perdu donc j'arrive un peu tard. Je serais bien repassé demain mais j'avais la flemme de rentrer après avoir fait tout ce chemin.
- Et bien, déclara Ayumu que Satoshi avait réveillé, je pense qu'il vaut mieux que tu passes la nuit ici. On est loin de la ville et c'est parfois dangereux le soir. Tu devrais téléphoner à ta mère et rester ici ce soir. J'ai deux matelats dans ma chambre.

Akira se tourna alors en direction de mon ami et j'eu un peu peur qu'il se moque, comme la plupart des gens qui le voyait pour la première fois. Mais il ne fit pas ça du tout. Quand il le vit, il entra dans la maison sans retirer ses chaussures et sauta à son cou en disant qu'il était "adorable" et "trop mignon". Bien sur, Satoshi fut tout de suite jalou de voir quelqu'un s'intéresser de si près à son copain, aussi commença t'il à crier.

-
Ayumu ! Tu ne vas tout de même pas héberger ce mioche dans ta chambre ! Je suis sur qu'il n'a pas les idées en place ! Il est hors de question que je vous laisse tous les deux ensemble !
- Alors ça, non ! S'écria Akira en se serrant plus fort contre Ayumu. Arrête de jouer les jaloux le vieux ! C'est moi qui reste avec lui ce soir ! C'est à moi qu'il l'a proposé ! Je vois pas pourquoi tu pourrais venir aussi !
- Tout simplement parce que c'est MON Ayumu et que je ne laisserais jamais personne le toucher !
- T'es bien trop possessif ! Si tu continues comme ça, il va te lâcher pour trouver une jolie jeune fille.

Voyant que les choses commençait à dégénérer, Ayume se décolla d'Akira et alla se réfugier dans les bras de Satoshi. Il avait l'air plutôt énerver de la situation et je voyait bien que, même si il c'était raproché de Satoshi, il lui en voulait à lui aussi. Sho et Sakura prétextèrent qu'ils devaient se lever tôt pour s'enfuir dans leur chambre mais je préférai m'assoire sur le canapé pour savoir ce qui allait se passer, et qui promettait d'être explosif.

-
Je vois pas pourquoi vous vous disputez comme ça ! C'est ma chambre donc c'est moi qui choisit qui vient dedant et vous allez pas commencer à me chauffer les oreilles avec ça ... et, Satoshi ... je ne suis pas "ton" Ayumu ! Je suis ton copain mais je ne t'appartien pas.

Il marqua une pause en voyant l'air dépité des deux garçons et commença à regretter ses paroles. C'était toujours comme ça ... Ayumu était bien trop gentil pour rester énervé trop longtemps. C'était une des choses qui lui donnait son charme. Il était tellement adorable quand il s'excusait pour des choses sans importance. Il repris alors, comme pour se ratraper :

-
Akira, tu prendras donc mon deuxième matelat et toi, Satoshi, tu n'as qu'à transporter le tiens dans ma chambre ... moi ne faite pas de bruit, j'ai besoin de dormir pour préparer le repas de demain.
- J'ai pris ma journée demain, fit remarquer Satoshi qui voulait rester à Ayumu pour "gagner des points"
-
Et moi je peux faire ce que je veux jusqu'à demain soir, alors je resterais avec vous aussi demain, ajouta Akira en tirant la langue à son "rival". Ayumu soupira en se disant, surment, que ce n'était pas demain la veille que ces deux là deviendrait ami. Quand il montait dans sa chambre, je lui chuchottai :

-
Si tu as besoin d'aide pour les calmer pendant la nuit, n'hésite pas à venir me voir parce que j'ai l'impression qu'ils vont se disputer jusqu'au départ d'Akira. J'espère que tu réussiras à dormir ... et arrange toi pour qu'il le t'aide pas à faire le repas demain ou le petit déj' sera imangeable.

Ayumu me sourit, ce qui était bon signe et me promis que tout irait bien, avant de monter dans sa chambre en courrant parce qu'il entendait du bruit. Je restai donc seule pour ranger les affires dont on s'était servit pour dîner et je soupirai en voyant que c'était à mon tour de faire la vaisselle. J'allais encore passer trois heures pour nettoyer un assiette, je me connaissais. Attrapant une éponge et le savon spécial je commençais à laver les tasses en me promettant d'acheter un lave vaisselle le plus vite possible. Demain était mon dernier jour de congé et le lundi suivit, j'allais devoir recommencer à travailler. Je n'étais pas très motivée par cette optique et je n'avais pas du tout envis de devoir me lever tôt de nouveau. En même temps, travailler entouré de manga, c'était le bonheur normalement pour quelqu'un comme moi mais ... rester assise derrière un bureau pendant tout une journée en informant les gens si, oui ou non, nous avions le manga qu'il voulait ... c'était un peu énervant à la longue. J'avais d'ailleurs fahi me faire renvoyé le premier jour en m'endormant sur la table ... heureusement que le patron avait été compréhensif quand je lui avais dit que j'étais en train de déménager. Les cours de Sho commençait à huit heurs le lendemain et, moi qui voulais l'accompagner, je ne m'en sentais plus le courage. Vers deux heures du matin, je finis enfin de nettoyer la vaisselle et décidai de voir si tout le monde dormait. Au rez de chaussé, Sakura était tellement amusant à serrer son nounours dans les bras. Dans la chamre d'à coté, Sho avait des écouteurs sur les oreilles et ses dras étaient tombés à cause de son sommeil bien trop agité. Quand je montai au première étage, je compris que ça n'allait pas être aussi calme. Rien qu'au bas de l'escalier, on entendait les cris de Akira et Satoshi. Je montai les marches quatre à quatre pour leur dire de se taire et ouvrit la porte très violemment.

-
Vous voulez pas faire moins de bruit ! Vous allez réveiller toute la maison si vous continuez !
- Désolé, s'excusa Satoshi en baissant la tête, vite imité par Akira.
-
Je tiens à dire que je suis complètement innocent, continua Akira après c'être excusé. J'étais en train de mettre mon matelat quand il est arrivé en s'énervant.
- Tu dis n'importe quoi ! C'est toi qui m'a crié dessus quand je suis rentré !
- Bouclé là tout les deux, m'écriai-je, et ... où est passé Ayumu ?

En effet, le matelat de mon ami était complètement vide. Je pensais savoir où il était mais préférai ne rien dire, espérant que les deux énergumènes allaient se calmer, maintenant qu'il n'était plus là.

-
Il est surment partit parce qu'il en avait marre de vous entendre se disputer ! Alors maintenant, vous dormez et peut être qu'il reviendra ! Si j'entends un seul bruit, je m'énerve !

Ils s'exécutèrent, se glissant sous leurs bras en moins de deux minutes. Voyant qu'ils allaient se tenir calme, j'allais dans ma chambre où je vis Ayumu, assis par terre.

-
Merci beaucoup Suichi. Si ils avaient commencé à me chercher, ça aurait été une véritable panique. Maintenant qu'ils sont calmes, je pense que je vais pouvoir retourner dans ma chambre.
- je serais toi, j'éviterais, lui conseillais je avec sincérité. Tu devrais plutôt allé dormir sur le canapé du salon ... il est plutôt confortable et je pense qu'ils recommenceraient à se disputer si tu revenais ... pour savoir à qui est la faute par exemple.

Il me sourit et dire qu'il allait faire comme ça et sortit de ma chambre en silence ... j'aurais mieux fait de ne pas choisir de rester à la maison demain car risquait d'être un jour assez musclé.
J'eu du mal à m'endormir ce soir là et même lire mes mangas ne réussit pas à m'aider à dormir, alors que d'habitude ça marchait à chaque fois. Peut être que la journée mouvementé que j'avais passé à rechercher mon journal intime m'avais plus fatigué que ce que je pensais. Enfin, vers cinq heures du matin, je réussi à trouver le sommeil. Malheureusement, ça ne dura pas longtemps car je fut réveillé à dix heures par Akira et Satoshi, en train de se disputer pour savoir qui aidait le mieux Ayumu. J'avoue que j'étais très amusé de voir Satoshi se disputer de cette façon avec un mioche et sans même en venir au main. Comme quoi, il avait vraiment changé depuis notre sortie du lycée. Je descendis dans la cuisine pour les calmer. L'ancien Satoshi ne m'aurait jamais écouté mais le nouveau le ferait surment.

-
Qu'est ce qui se passe encore, demandais-je en entrant dans la pièce. C'est ce gamin d'Akira ! Il veut faire le repas pour Ayumu-kun alors qu'il ne sait même pas cuisiner !
- Mais qu'est ce que tu racontes encore, se défendit Akira, un concombre à la main, je sais super bien cuisiné ! C'est toi qui a laissé brûler le plat de nouille !
- Je vais faire les courses, coupa Ayumu en enfilant ses chassures.
- QUOI ! Hurlèrent les deux garçons d'une même voix
- Vous avez pratiquement détruits la cuisine alors il va racheter à manger, soupirais-je en me dirigeant vers le hall. Je t'accompagne, je dois passer par l'université de Sho, il a oublié son cahier d'anglais.

J'avais en réalité sortit la première excuse qui me passait pas la tête afin de ne pas rester seule avec ces deux combattants acharnés, me servant du livre de cours que j'avais vu sur la table en descendant, quelques secondes auparavant ... sans compter que j'avais très envis de voir Sho et qu'Ayumu n'arriverait jamais à porter toutes les courses qu'il devait faire seul. Malheureusement, mon plan tomba l'eau quand les deux garçons crièrent qu'ils venaient aussi. Décidément ... c'était impossible de s'en débarassé. Nous passâmes rapidement devant l'école de Sho où je réussi à lui rendre son livre, bien que se fut très difficile de le faire sans que le prof s'énerve. Une fois que j'eu fini, j'aurais pu rentrer tranquillement à la maison mais les regards que me lançait Ayumu me poussèrent à rester. Je ne pouvais tout de même pas le laisser seul avec deux garçons complètement surexités. Et cette situation aurait surment duré jusqu'au soir si, sur le chemin du retour, Ayumu n'était pas tombé dans l'espère de passage d'eau qui circulait en dehors de la ville. Il était complètement vide à cette époque de l'année, aussi se tapa t'il la tête sur le sol en atterrissant en bas. Satoshi, en voyant ça, descendit prudemment pour aller l'aider. En voyant que Satoshi n'avait pas hésité à sauter dans cet endroit sombre, Akira décida de lui laisser Ayumu.

-
J'y crois pas, soupirais je quand il nous l'annonça. Tu nous à embêter toute la nuit dernière pour abandonné si rapidement ? Et juste parce qu'il est allé dans le noir ?
- C'est terrifiant le noir !

C'est ainsi que j'appris que le petit Akira avait peur de noir. Je vous avoue que je ne m'y attendais pas du tout. Il attendit le retour de Sakura et Sho pour s'en aller, nous promettant de revenir très vite. J'espérais franchement qu'il n'y aurait plus ce genre de problème la prochaine fois qu'il viendrait ... il était tellement impossible de temps en temps.
A la fin de la journée, je décidai à faire le repas, afin de laisser Ayumu se remettre de sa chute. En effet, il c'était fait mal au crâne et avait maintenant une jolie bosse. Quand je fini enfin le repas, il c'était endormis, la tête sur les genoux de Satoshi.

-
Il est trop mignon, fit remarquer Sho en sortant de la salle de bain. On dirait un garçon de primaire ...
- Tu as raison, approuvais-je en m'assayant à coté de Satoshi sur le canapé. Mais il ne va pas manger ?
- Je ne pense pas qu'il ait très faim pour le moment. Si il se réveille, il mangera mais là il a sommeil. Laissons le dormir.
- Et toi Suichi, me rappela Sakura en sortant de sa chambre en pyjama, tu dois nous lire un passage de ton journal !

Je souris, attrapant mon cahier sur la table du salon et l'ouvrit à la page du 23 Juin.

:je t'adore: Fin du chapitre :je t'adore:
C'est fini ... je remarque que je parle tellement d'Ayumu et Satoshi que j'en oublis Suichi et Sho XD Enfin ... j'oublis d'en parler. C'est pourquoi le prochain chapitre leur sera consacré ^^ Au fait ... avant qu'on me fasse la remarque ... je sais que les dates de journal intime ne se suivent pas forcément mais c'est normal ... franchement ... qui écrit dans son journal tous les jours ? Surment plein de personne mais ni moi, ni Suichi XD


_________________



Mise en place du service minimum, je suis désolé. Je ferais de mon mieux pour répondre malgré tout aux questions de chacun s'il y en a. Ma boite à MP reste donc ouverte.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rumiko-takahashi.webnode.com
Banana007
Modératrice
Modératrice


Féminin
Nombre de messages : 1278
Age : 22
Passion(s) : : je suis autiste
Humeur ? : cramoisie
Date d'inscription : 05/01/2007

Feuille de membre
Ton humeur aujourd'hui:

MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Lun 2 Juin - 20:14

J'ai lu (nan, c'est vrai ? XD) et puis comme d'habitude j'ai hâte de voir de ce qui va se passer dans le journal ^*w*^

_________________

[list]


Aya & Mew[/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://someonetoldmethis.tumblr.com
megamomo
Admin ~ a little sadistic
Admin ~ a little sadistic


Féminin
Nombre de messages : 2057
Age : 23
Passion(s) : : Manga, Japon, embêter les gens, écriture et rp
Humeur ? : Fatigué, heureusement que les calendriers permettent de compter les jours ...
Date d'inscription : 06/06/2006

Feuille de membre
Ton humeur aujourd'hui:

MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Lun 2 Juin - 20:27

Hum ... à vrai dire je suis impatiente de le savoir moi aussi parce ... j'ai le trou noir ... qu'est ce qui se passe donc le 23 ... je voudrais faire sur Suichi et Sho mais qu'est ce que je peux bien leur inventer ... le prétendant extraterrestre c'est dépassé (vive Dren) ... la compèt' de basket ça à rien de romantique ... la journée du sport avec une course en couple ... c'est pas une mauvaise idée ...

En fait, là je suis en train d'essayer de rédiger une lettre super importante pour un motif un peu bête ... la directrice de l'école nous a punis parce que certain avait dit "je m'en fous de brevet" et je trouve qu'après tout, chacun est libre de penser ce qu'il veut donc ...

_________________



Mise en place du service minimum, je suis désolé. Je ferais de mon mieux pour répondre malgré tout aux questions de chacun s'il y en a. Ma boite à MP reste donc ouverte.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rumiko-takahashi.webnode.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Mar 3 Juin - 15:40

J'AdOoRe même si c'est trés long !
Revenir en haut Aller en bas
megamomo
Admin ~ a little sadistic
Admin ~ a little sadistic


Féminin
Nombre de messages : 2057
Age : 23
Passion(s) : : Manga, Japon, embêter les gens, écriture et rp
Humeur ? : Fatigué, heureusement que les calendriers permettent de compter les jours ...
Date d'inscription : 06/06/2006

Feuille de membre
Ton humeur aujourd'hui:

MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Mer 18 Juin - 15:24

J'ai finalement renoncé à l'idée de faire un chapitre SuichiXSho parce que suis nul quand il s'agit de faire des trucs sur les sentiments ... sinon ... sur youtube j'ai trouvé une version de française de D.N.Angel ... j'espère de tout coeur que se sont des fan qui se sont amusé à faire une version en français parce que si c'est la véritable version française, je risque de casser mon ordinateur en rigolant. Quand Daisuke parle, il n'y a pas le moindre sentiment. Enfin bref ... place au chapitre 6

Chapitre 6 : l'étrange club

- Chère Kit ... cette journée se serait surment passé comme n'importe quel journée de lycée sans une intervension du club de mystère de l'école en plein milieu du cours d'histoire ... laisse moi te raconter.

Le soleil brillait très fort, même pour un jour de juin, et je ne voyais pas comment, avec cette chaleur, je pouvais me concentrer sur ma leçon de mathématique, qui se tromblait un peu devant mes yeux fatigués. J'avais passé une nuit blanche à réviser pour préparer les partiels du début du mois mais c'était peine perdu. Les identités remarquables restaient, pour moi, un véritable mystère insoluble. Pourtant, on ne pouvait pas dire que je n'avais pas essayé. J'avais fait une centaine d'exercices durant la nuit et Sho était même venu, la veille, pour tentait de m'expliquer le cours. La seule chose que j'avais retenu était qu'on ne mélangeait pas des x et de non x ... et je trouvais d'ailleurs cette règle très étrange. Je soupirais à mon bureau pendant que Sakura, non loin de moi, révisait le cours d'anglais pour vérifier si elle avait bien retenu comment on faisait pour former le plus que parfait, ou past perfect. ça, au moins, je connaissais par coeur.
En plus des mathématiques, j'avais un autre problème. Il n'était que sept heures du matin mais j'étais déjà complètement en sueur. Il faisait tellement chaud dans cette salle, et on ne pouvait pas ouvrir les fenêtres, à cause des traveaux qui avait lieu dans le bâtiment B. Quand à la climatisation ... ce n'était même pas la peine d'y pensé, elle avait rendu l'âme la veille à cause de quelqu'un qui avait voulu la mettre trop forte. Entre la chaleur et ma nuit blanche, j'avais de plus en plus envis de m'endormir son mon cahier, mais je luttais comme je pouvais pour garder les yeux ouverts. Alors que je commençais à me laisser à la fatigue, la porte de la classe souvrit avec un grand bruit et quelqu'un cria "Salut tout le monde !" d'une voix tellement forte que je sursautai. Cette personne, c'était Sho bien sur. Il était suivit de Satoshi et de, je m'éttonai en le voyant, Ayumu. En effet, le petit garçon timide se tenait derrière mes deux amis, tentant comme il pouvait de se cacher. Satoshi attrapa sa main et lui fit :

-
Tu vas pas rester dehors juste parce que Sho c'est fait remarquer quand même.
- Sato-kun, ne fait pas peur dès le matin à Ayu-kun, plaisantais-je, heureuse de trouver une excuse pour arrêter ma révision.
-
Ayu-kun ? S'étonna mon ami en lâchant la main de l'intéressé. Quand est ce que tu lui as trouvé un tel surnom ?
- Hier, quand il m'a téléphoné, répondis je en faisais signe à Sho de venir s'assoire à coté de moi.

Je n'eu pas le temps de comprendre ce qui se passait que Satoshi se retourna brusquement vers Ayumu qui sursauta et manqua de l'évanouir de surprise.

-
Pourquoi t'as appelé Suichi ?! Elle a dû t'embêter toute la soirée après !
- Ano ... balbutia le garçon en cherchant ses mots, terrifié de la réaction qu'avait eu son ami. En fait, c'est moi qui l'ai dérangé ... elle révisait ses mathématiques ...
- Et pourquoi tu l'as appelé elle ! Pesta Satoshi en s'assayant à sa place, de plus en plus énervé.
-
C'est quoi cette crise de jalousie que tu nous fait, Sato-kun ? Rigola Keiko qui entrait dans la salle à se moment là. On dirait que tu dis "Ayumu est a moi et personne n'y touche" ... j'avoue que c'est mignon mais il va aller voir ailleurs si tu continus.
- De quoi je me mèle ! Cria le garçon en montant encore plus la voix, juste avant d'être arrêté par quelqu'un qui parla plus fort que lui.
-
Ce serait possible d'avoir le calme ? Certain dans cette salle souhaite réviser les partiels alors remettez vos discutions futils à plus tard.

Nous n'avions nul besoin de nous retourné pour savoir qui avait parlé mais nous le fîmes quand même, assez vite pour voir le chef de classe adjoin remettre ses lunettes d'un geste poseur. J'allais répondre à sa "provocation" mais le professeur entra dans la classe et la cloche sonna avant que j'en ai eu le temps. Mathématique ... si seulement ce cours pouvait passer si vite que je ne le voyais pas filer ... un peu comme le cours d'anglais ..; malheureusement, le temps prenait un malin plaisir à s'allonger durant cette heure qui paraissait des siècles. Je soupirais et baillais, me battant contre le sommeil et tentant de suivre le cours, mais cela me paraissais impossible. Enfin, la cloche sonna à nouveau mais je n'eu, hélas, pas le temps de me remettre de la dure fatique provoqué par le cours que trois personnes entrèrent dans la salle. Ils avaient l'air d'être en deuxième années mais le fait que je ne les avais jamais vu avant m'empêchait d'en être sur. Le professeur d'histoire fut donc bloqué sur le pas de la porte par ses étranges garçons qui demandèrent d'une voix forte à me parler. Me levant pour leur dire de revenir à la fin du cours, je fus coupée par le professeur qui m'autorisa à quitter la salle, comme si il avait peur de quelque chose.
C'est ainsi qu'au lieu de suivre un cours d'histoire barbant, je me retrouvai dans une petite salle avec juste, sur la porte, une feuille de papier indiquant "club de mystère" ... je comprenais maintenant mieux la réaction du professeur. J'avais entendu dire que certain des membres étaient exeprts en magie noir et pouvaient vous jetez un sort si vous vous opposiez à eux. J'eu un petit frémissement de peur en voyant leur chef me dévisager pendant plusieurs minutes. Je ne croyais pas à ces ragots mais il avait des yeux qui lançaient des éclairs et j'eu soudain l'impression d'avoir fait une bêtise ... enfin ... au lieu de il, je devrais dire elle car la personne assise dans le fauteil du président du club était une jeune fille qui était en première année, je l'avais vu à la cérémonie. Elle avait l'air d'une petite fille et avait deux couettes hautes qui ne faisaient que renforcer l'idée qu'elle c'était trompée de bâtiment et avait confondu le lycée avec le collège. Enfin, elle cessa de me fixer et me fit une immense sourire.

-
Tu es Suichi Yokoyama non ?
- Ano ... oui, c'est moi pourquoi ?
- Je vais aller droit au but ... il y en a qui dise que tu as des pouvoirs magiques qui te permette d'attirer les gens ... est ce que c'est vrai ?!
- Bien sur que non, répondis je sans me poser de question.
- Alors comment expliques tu le fait que tu es tant d'amis autour de toi et qu'ils restent toujours avec toi ?

Je soupirais en pensant que cette fille n'avait vraiment aucune valeur de l'amitier si elle pensait qu'il fallait de la magie pour avoir des amis. Fatiguée de cette discussion, je ne répondis pas et sortit de la pièce sans répondre à ses suplications et retournai en cours où la leçon d'histoire n'était pas fini. Je me rassis à ma place, m'excusant pour mon départ précipité, et soupira en tentant de suivre le cours. Malheureusement, comme si la chaleur et le fatigue n'était pas assez énervant comme ça, j'avais la sensation d'être observée et je me rendis compte que c'était le cas en tournant mes yeux vers la porte où l'étrange fillette me fixait du regard. Elle n'avait donc rien d'autre à faire ? Elle n'allait quand même pas rester là tout le reste de l'heure quand même ?
Et elle le fit. Quand le professeur d'histoire sortit de la salle, je la vis se pousser puis laisser passé le professeur d'anglais avant de recommençait à me regarder par la vitre transparente qu'il y avait sur la porte. Ainsi, je dû aussi passer l'heure d'anglais en sachant qu'il y avait quelqu'un qui ne me quittait pas des yeux, et j'avoue sans honte que j'étais sur le point de craquer. Et elle ne quitta pas son point d'observation de toute la journée. Au déjeuné, ses "subordonnés" lui apportèrent un repas qu'elle dégusta dans notre salle puis, quand la pause fut terminé elle, se remis devant la porte, attendant sans cesse, surment pour me faire craquer ... et je pense bien que ça aurait marché si, en plein cours de physique, Sho ne c'était pas levé et ne serait pas aller vers elle, sans s'occupé de la prof qui lui disait de retourner s'assoire.

-
Maintenant ça suffis, restes pas là, tu es gonflante à la longue ! On aimerait pouvoir étudier mais avoir toi qui n'arrête pas de nous regarder, on ne peut pas se concentrer ! Va dans ta salle de classe ! y'a bientôt les partiels, t'as rien de mieux à faire que d'espionner Suichi ?!

Alors qu'il reprenait son souffle, la réaction de la jeune fille fut totalement inatendu. Elle commença à pleurer et, voyant qu'il en était la cause, Sho rougit de honte, ne sachant plus du tout ou se mettre. Lui qui était si calme en temps normal, il c'était laissé débordé par la colère de voir quelqu'un d'autre s'interresser de trop près à moi. En voyant les larmes sur les joues de la fillette, la prof me demanda de bien vouloir l'accompagner dans une salle où elle pourrait se calmer et se reposer, et demanda à Sho d'aller aussi faire un tour pour se remettre les idées en place, pensant que c'était la chaleur qui l'avait fait explosé. C'est dans la salle du club des mystères, qui avait la climatisation, que nous sommes allés sous assoire pour tenter de calmer la jeune fille. Elle nous expliqua toute son histoire, en commençant par se présenter ... son nom était Yukina Michiko ... Michiko ? C'était un nom qui me disais quelque chose ...

-
Tu es la fille du chef de l'entreprise d'ordinateur Michiko ? S'écria mon ami, un peu surpris. Je savais qu'elle était dans notre école mais si je pensais que je la rencontrerais un jour.
- Grâce ay travail de mon père, commença à nous expliqua la jeune fille sans répondre à Sho, j'ai vécu tranquillement ... la seule chose qui me manquait, c'était des amis. A cause de ma richesse, les gens m'imaginaient vaniteuse et pas très amusante, mais moi, en vrai, je ne rêvais que d'une chose ... Avoir une enfance normale entourée de camarade de classe qui m'apprécie pour se que je suis et qui ne me colle pas pour que leurs parents aient des liens avec le grand chef de l'entreprise Michiko ... En première année de collège, j'avais deux amies qui étaient presque toujours avec moi mais un jour, j'étais partit plus tôt qu'elle parce que j'avais club et je les ai entendu parler de moi ... elles ont dit qu'elles ne m'aimaient pas et qu'elles ...

Elle n'avait pas réussi à finir sa phrase et, de nouveau, des larmes coulaient sur ses joues. ça devait être dure d'être traité comme ça juste parce qu'on a un père riche ... Sho, qui avait repris ses esprits, tenta de lui donner quelques conseils :

- Tu sais ... je suis sur que si tu le veux vraiment, tu peux avoir des amis. Les autres membres du club, par exemple ... je doute qu'il soit veni ici juste pour être connu ... je pense qu'il t'aime bien ... tu devrais leur en parler et essayer de te raprocher des élèves de ta classe en allant en cours.

Yukina sourit en voyant que, finalement, le garçon ne la detestait pas. Elle dit un petit "je vais essayer" et sortit de la salle en courant en disant qu'elle allait commencer tout de suite à aller en cours. Sho la suivit du regard jusqu'à ce qu'elle rentre dans la salle puis il s'assit sur une chaise en soupirant.

-
J'espère qu'elle va s'en sortir.
- Tu étais bien gentil avec elle, Sho, commencais je faussement indignée. Tu es sur que tu ne la trouve pas mignonne ?
- Bien sur que non Suichi, se vexa t'il en rougissant. Je trouve juste que c'est triste de ...

Je rigolai à son gène et sortit de la pièce en me dirigeant vers notre classe. Sho me suivit en courant, ne sachant plus quoi dire et me disant de l'attendre.

- Et voilà Kit-chan ... cette fois, c'est Sho qui a sauvé la situation, et la petite Michiko, le soir, assista à la déclaration du plus jeune des membres de son club qui n'osait pas le lui dire, croyant qu'elle le jeterait ... d'ailleurs, l'effectif de son club, à la fin de la journée, avait augmenté de trois membres ... je me demande si on va avoir encore des surprises comme ça.

:tenant une fle Fin du chapitre :tenant une fle
Voilà ... ce n'est pas vraiment un chapitre SuichiXSho, mais au moins, on les voit ensemble XD Il faudra aussi que je fasse un chapitre SakuraXTatsuya et que que je parle des personnages secondaires qui n'apparaisse pas beaucoup - Mako, Tsubasa ... - et des collégiens qu'on a pas encore vu - Tatsu, Haruka ... -


_________________



Mise en place du service minimum, je suis désolé. Je ferais de mon mieux pour répondre malgré tout aux questions de chacun s'il y en a. Ma boite à MP reste donc ouverte.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rumiko-takahashi.webnode.com
megamomo
Admin ~ a little sadistic
Admin ~ a little sadistic


Féminin
Nombre de messages : 2057
Age : 23
Passion(s) : : Manga, Japon, embêter les gens, écriture et rp
Humeur ? : Fatigué, heureusement que les calendriers permettent de compter les jours ...
Date d'inscription : 06/06/2006

Feuille de membre
Ton humeur aujourd'hui:

MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Jeu 26 Juin - 15:21

Désolé du double post mais il n'y a pas eu de réponse ... voilà donc le chapitre 7 parce que j'ai besoin de me détendre avant le brevet demain ... j'espère juste que je ne vais pas faire n'importe quoi ... je ne suis pourtant pas tellement stressé mais j'ai un peu peur quand même de le rater complètement -_-" ... mais je sais pas comment expliquer ça ... enfin bref ... vous allez enfin voir le lieu de travail de Suichi ^^
... Premier jour de brevet terminé ... on va devoir rester 30 minutes de plus que les autres demain parce que la prof à oublié de nous faire la dictée -_-" merci madame.

Chapitre 7 : La dispute.

Je baillai un grand coup en arrivant dans ma chambre et m'allongea sur mon matelat pour dormir. Demain, j'allais devoir retourner travailler. Heureusement, comme c'était jeudi, je n'en avait plus pour très longtemps, mais quand même. Je n'avais pas envis de me lever, même si le jeudi, je ne commençais pas avant midi. J'allais enfin m'endormir, erreinté, quand j'entendis un cris. C'était celui de Sho quand il avait peur. Paniquant tout à coup pour mon petit ami, je dévallai les escaliers, glissai sur une marche et tombai sur le poignet droit avant de voir Sho, tremblant devant ... une souris. Evidemment, de voir que j'étais tombée et que je m'étais fait mal au bras pour une souris me mis en colère et je commençai à crier :

-
ça va pas bien d'hurler comme ça ? Tu veux que j'ai une crise cardiaque ou quoi ?!
- Pas la peine de te plaindre Shû-chan ... enfin, en même temps, tu as fait disparaitre ce rongeur, soupira mon ami, soulagé.
-
J'y crois pas ... je viens te tomber devant toi et tu t'inquiétes pour une souris ?!
- Est ce que c'est ma faute si j'ai peur des rongeurs ?!!
- Non ! Mais tu devrais revoir la liste de tes priorités ! Normalement tu devrais être d'abort inquiét de mon état de santé et ensuite seulement de la souris !
- Désolé, ô prinesse Suichi, de ne pas avoir réussi à contrôler ma phobie pour voler à votre secour tel un prince charman.

Je n'étais pas stupide, je voyais bien qu'il se moquait de moi. Aussi, sans faire attention à la douleur qui me tiraillait, je me relevai et lui mis la plus grosse gifle que je n'avais jamais donné. Il était vraiment injuste. Je m'étais blessée pour lui et la seule chose qu'il trouvait à faire, c'est se moquer. Je remontai dans ma chambre en santant des larmes couler sur mes joues ... qu'est ce qui me prenait de pleurer ? C'était plutôt à lui de pleurer vu la baffe qu'il venait de se prendre ... moi, j'étais une fille forte et décidée ! Je ne pleurais jamais ! ... jamais sauf cette fois. Je n'étais même pas encore allongée sur mon lit que Ayumu entra dans la chambre sans frapper avec une trousse de pharmacie. Il me fit un sourire puis, voyant mes pleurs, il me tendit un mouchoir qu'il avait toujours dans la poche de son pyjama avant de s'assoire sur mon lit et de me faire signe de faire pareil.

-
Qu'est ce que tu veux faire ? Demandais je en obtempérant.
-
Je vais voir ce que tu as à la main, repondit il en la prenant et en sortant un bandage de la boîte qu'il tenait près de lui.
-
Comment ça ? Tu vas faire comme les docteurs ?
- Non ... je ne suis pas médecins mais j'ai des bases ... Il commença à bander mon poignet en me demande de lui dire si c'était trop serré. Tu as juste une petite foulure mais tu devras le garder pendant au moins deux semaines si tu veux être sur de guérir ... et évite de faire n'importe quoi à l'avenir.
- Comment ça ! Criais je en me relevant brusquement alors qu'il venait de finir. Ayumu ... je n'y suis pour rien ! C'est entièrement la faute de Sho ! Si il n'avait pas eu peur de cette bestiole, jamais je ne me serais fait mal ! Il est complètement fautif, c'est un crétin qui ne pense qu'à lui !
- Est ce que tu es sur de se que tu avances, me questionna une troisième voix qui vennait de la porte. Tu es vraiment sur que Sho n'est qu'un crétin ?

Je levais les yeux pour voir qui insinuait que je disais n'importe quoi et tombai nez à nez avec Satoshi. Il avait l'air très serieux pour une fois et me regardait fixement, comme si il voulait lire dans mes pensés.

- Bien sur que j'en suis sur ! Affirmais je violemment. Il n'a même pas demandé si j'allais bien ... il n'a même pas vérifier si je n'étais pas blessée ... il n'en a rien à faire de moi !

Cette fois, c'est moi qui reçut une gifle. La main qui me frappa n'était pas celle de Satoshi, qui m'avais pourtant parut être le plus énervé, mais celle de Ayumu, qui c'était lui aussi levé.

- Tu n'as pas le droit de dire ça ! Sho t'aime vraiment et tu n'as pas le droit d'en douter ! Si tu n'es pas sur de ses sentiments, c'est que tu ne l'aimes pas ! En résumé, tu lui reproches ta propre indécision ! Après tout, si je me souviens bien ... tu ne lui as jamais dit explicitement ce que tu pensais ! Tu ne lui as jamais dit que tu l'aimais alors ne t'en prend pas à lui comme ça ! D'accore, il a eu tord de faire ça mais toi aussi tu as ta part de responsabilité ! Tu d ...

Il n'eut pas le temps de finir parce que Satoshi mit sa main devant sa bouhe pour l'empêcher de continuer, sentant bien que ça allait mal tourné si il le laissait faire. Je n'en revenais pas de se que venait de dire Ayumu ... lui qui était toujours si gentil avec moi ... je tenais, de ma main bandée, la joue qu'il avait frappé, sentant encore la violence du coup. Le pire dans tout ça ... c'est que tout ce qu'il avait dit était vrai. Je répondais toujours au "je t'aime" de Sho par un "moi aussi" ... je ne lui avais jamais dit clairement "je t'aime" ... pourquoi ? Est ce que je ne pensais pas ses mots ?

-
On va sortir avant qu'Ayu-kun ne disjoncte, m'informa Satoshi alors que j'étais retombée sur mon lit durant mes pensés. Evite d'oublier que Sho, sans toi, il a l'impression de n'être rien ... alors évite de lui mal comme ça et excuse toi.

Je n'écoutais pas vraiment. Je ne sais pas combien de temps je restai, comme ça, à regarder devant moi, les yeux dans le vides. Je n'avais envis de rien, pas même de dormir. Je finis surment par m'endormir car j'ouvris les yeux le lendemain matin, allongé sur mon lit, comme si quelqu'un m'avait remise normalement pendant mon sommeil. Il était déjà dix heures et il ne me restait plus beaucoup de temps avant de risquer d'être en retard au travail. Je me levais et descendit les escaliers en faisant bien attention à ne pas retomber. Dans la cuisine, Ayumu faisait une omelette. Je pensais que ce n'était peut être pas le bon moment pour lui parler mais dès qu'il me vit, il me cria de venir manger.
En soupirant et trainant les pieds, j'allai m'assoire à la table où il vint me rejoindre avec une omelette qui avait l'air délicieuse. J'avais toute fois du mal à la manger, ayant encore la bourge sèche à cause de l'incident de la veille.

-
Je suis désolé, fini par dire mon ami en me servant une tasse de thé. Je me suis emporté hier et j'ai fini par te taper ... c'est que ... je me suis mis à la place de Sho ... ça ne doit pas être facile pour lui que tu ne lui ais jamais dit que tu l'aimais.

Il avait raison, je ne pouvais pas le contredire. Avant que je ne reponde, il m'annonça que c'était l'heure que je parte travailler si je ne voulais pas être en retard. Je pris mon sac à dos dans lequel je mettais toujours quelques bricoles et une bouteille d'eau puis partit vers la gare, la mort dans l'âme. Je passai ensuite deux heures comme un véritable zombi. Je validais les cartes des abonnés sans faire attention, répondais à coté aux questions qu'on me posait et proposait Dragon ball à une petite fille qui recherchait une histoire romantique ... je n'étais vraiment pas dans mon assiette et n'arrivait pas à être serieuse. Je me "réveillai" un petit peu quand quelqu'un passa sa main devant ma tête en me disant "Suichi, wake up". Cette voix était forcément celle de Sakura ... mais en levant la tête, je vis qu'elle n'était pas seule et qu'il y avait Ritsu avec elle. Avaient elles fermé la boutique plus tôt pour venir me voir ?

- Ayumu m'a expliqué ce qui c'est passé hier soir, continua mon amie, j'ai du mal à croire que tu te sois fâchée avec Sho alors qu'en temps normal vous vous entendez super bien ... et ne me sort pas que c'est de sa faute ...
- Je sais, soupirais je. C'est moi qui me suis emportée alors que c'était lui qui avait des raisons de s'énerver contre moi.
- ça doit être dans les gènes de la famille Yokoyama, affirma t'elle en souriant.
- Comment ça ?
- J'ai discuté avec ta mère ... sais tu que ton père avait mis deux ans avant d'oser lui dire qu'il l'aimait ? Il était trop timide pour oser.
- Tu sais Yokoyama, commença Ritsu à coté d'elle, je suis sure que tu as du mal à imaginer votre maison sans Ayumu et Satoshi, je me trompe ?
- Non, confirmais je, si il n'était pas là, ça ne serait pas pareil.
- Et bien pour eux, que tu sois brouillée avec Sho représente exactement la même chose ... c'est pour ça que tu dois t'excuser auprès de lui.

Elles partirent ensuite en courant en disant qu'elle ne pouvait pas laisser la boutique fermée plus longtemps. De mon côté, je restais seule à me poser des questions. Il fallait que je trouve un moyen de lui parler et de lui dire que j'étais désolée pour ce qui c'était passé ... C'est dans cette optique que je suis rentrée en courant dès que j'eu fini de répondre aux attentes des clients. Une fois arrivé, je voulu parler à Sho mais celui-ci monta dans sa chambre alors que j'arrivais dans le salon. Ensuite, lorsque je voulu allez le voir dans sa chambre, il alla dans la salle de bain pour prendre sa douche ... je ne réussi pas une seule fois à lui adresser la parole. Finalement, je finit par me lasser de cette situation et, pendant qu'il préparait le repas, je retrai dans la cuisine, bloquant la porte pour sortir.

-
Je voulais m'excuser ...
- Pour hier ? S'étona t'il en lâchant la pomme de terre qu'il epluchait pour Ayumu, qui dit qu'il avait besoin de prendre l'air pour nous laisser tranquille.
-
Et puis aussi pour une autre chose ... je ne t'ai jamais dit en face que je t'aimais et je pensais ...
- C'est vrai ? Je ne m'en étais même pas aperçut ... au fait, comment va ta main.

Je n'en revenais pas ... soit il m'avais pardonné bien trop facilement, soit je n'avais pas eu affaire au même Sho que quelques minutes plus tôt.

-
Si tu ne me fais pas la tête, pourquoi tu m'évites ?
- Quand est ce que je t'ai évité ?
- Depuis que je suis rentrée, tu n'as pas arrêter de t'enfuire quand j'arrivais dans une pièce.
- Ahhh ! ça ! C'est parce que j'ai un contrôle d'anglais demain et j'étais plongé dans mes révisions ... je ne t'avais même pas remarqué pour être franc.

J'éxplosais de rire en entendant sa confession. Je n'arrivais pas à croire de la situation qu'avait provoque une simple interrogation. Je m'étais vraiment inquiétée pour rien.
Voyant que rien n'explosait dans la cuisine, Ayumu revint pour finir les frites et nous proposa de tous manger devant la télévison avant d'écouter Suichi.

-
De quelle télévision tu parles, demanda Sho et manquant de se couper. Tu sais bien qu'on en a pas.
- Satoshi en a acheter une ... elle est toute petite puisque c'est une télé de poche, c'est ça suffira pour le moment.

Je souris. Décidément, vivre à cinq dans la même maison n'était pas toujours de tout repos, mais bien plus amusant.

sifflote FIN DU CHAPITRE sifflote

La prochaine fois, ce ne sera pas un épisode de la jeunesse de Suichi et des autres mais un rêve qu'à fait Shû-chan (qui concerne les autres) ... Enfin, c'est le projet que j'ai en tête ^^ Sinon ... souhaitez moi bonne chance pour l'épreuve de math demai parce que je ne connais pas une seule formule.

_________________



Mise en place du service minimum, je suis désolé. Je ferais de mon mieux pour répondre malgré tout aux questions de chacun s'il y en a. Ma boite à MP reste donc ouverte.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rumiko-takahashi.webnode.com
megamomo
Admin ~ a little sadistic
Admin ~ a little sadistic


Féminin
Nombre de messages : 2057
Age : 23
Passion(s) : : Manga, Japon, embêter les gens, écriture et rp
Humeur ? : Fatigué, heureusement que les calendriers permettent de compter les jours ...
Date d'inscription : 06/06/2006

Feuille de membre
Ton humeur aujourd'hui:

MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Lun 30 Juin - 20:48

J'uis fatigué, je glande, je m'ennuis et je suis d'une humeure massacrante ... quoi de mieux pour écrire un chapitre ^^ je pense qu'il n'y a rien. Bon alors ... plus que 2 jours avant la Japan expo ... il me faut vraiment de l'argent ! J'ai seulement 80 € ! l'an dernier, avec 100, j'avais pas assez T^T

Chapitre 8 : Un rêve.

Je soupirai en montant dans ma chambre ... cette fois, la journée était belle et bien terminée. J'allais pouvoir dormir et sombrer dans le monde des rêves ... j'avais tellement attendu ce moment. Je m'allongeai dans mon lit sans même enfiler mon pyjama et me glissai sous les dras en fermant déjà les yeux. A peine eu-je la tête posé sur mon oreillé que je m'endormis.
Le soleil brillait sur mon collège ... c'était un souvenir plus lointain ... je l'avais complètement oublié.Toute l'école était rassemblée dans la cour, autour du proviseur, comme à la cérémonie de début d'année. Qu'est ce qu'il pouvait bien nous vouloir, tôt le matin ? Pourquoi avoir convoqué tout le monde alors qu'il n'y avait aucune fête en vu ? Les rumeurs allaient bon train mais personne n'avait l'air de vraiment savoir ce qu'il nous voulait. Sho était près de moi et discutait avec Makoto et Tsubasa, pariant qu'il allait avancer les partiels d'une ou deux semaine ... j'espèrais vraiment que ce n'était pas ça parce que je n'étais pas prête du tout, en particulier pour les mathématiques. Quelqu'un me tira sur l'une des manches, trop longue, de mon uniforme. C'était Sakura qui tentait de me parler depuis plus de cinq minutes, c'est du moins ce qu'elle me dit.

-
Pourquoi est ce que tu penses qu'il nous a regroupé toi ? Me demanda t'elle après que j'eu daigné répondre.
-
Je ne sais pas ... je me demande si ça n'a pas un rapport avec l'absence de Tsuyoi Mayumi. ça fait plus d'un mois qu'on ne l'a pas vu et sa mère refuse d'ouvrir quand quelqu'un veut aller la voir.
- Bah ... je vois pas ce qu'on peut en avoir à faire, soupira Satoshi en s'assayant par terre, énervé de devoir attendre debout et en plein soleil, alors qu'il pourrait être dans une salle avec la climatisation. J'en ai marre ! Quand est ce qu'on va enfin changer d'uniforme ! Ceux d'hivers sont trop chaud ! Comment tu fais pour tenir Yokoyama ? Le tiens est trop grand, ça doitte tenir plus chaud.
- Je ne m'énerve pas alors ça va, plaisantais-je avec un sourire ironique.
-
Qu'est ce que tu veux insinuer par là ! Hurla mon ami, exactement comme je l'avais imaginé.
-
Elle veut dire que quand tu restes calme, la chaleur ne t'atteint pas aussi facilement que quand tu es de mauvais humeur, expliqua Akemi en arrivant derrière lui.

Surpris de cette apparition, Satoshi manqua de tomber à la renverse et se releva brusquement en lui disant d'arrêter de surgire quand on ne s'y attendait pas.

-
Désolé, fit Akemi avec un air sincère, j'ai l'habitude de ne pas faire de bruit ... tu sais, à la maison, papa est souvent train de travailler et il faut être silencieux dans ses moments.

Je voyais tout à fait ce qu'il voulait dire, pour être venu une fois chez lui. Akemi, habitait avec son frère jumeau, dans une maison juste à coté du temple de son père et celui-ci était toujours occupé. Quand ils étaient plus jeune, Akemi et son frère, Atsushi, jouait souvent ensemble dans le champs, mais depuis qu'ils étaient entrés collège, le père d'Atsushi avait décidé de faire de son fils son successeur et ils se voyaient de moins en moins ... surtout qu'il n'était pas dans la même classe.

-
Akemi !!! s'écria une voix derrière nous.

Atsushi arrivait en courant vers nous puis s'arrêta en tentant de reprendre son souffle.

-
Je suis encore en retard ... papa m'a retenu ce matin et j'ai ensuite accompagné Tezuo à son école et ... pourquoi est ce qu'on est tous ici ? Vous n'êtes pas en cours ?
- C'est seulement maintenant que tu tilts Yukimura ? Plaisanta Mitsuki en le voyant complètement essouflé. Le dirlo nous à demandé de venir, mais il ne s'est toujours pas décidé à parler alors tout le monde discute.
- Alors je ne suis pas vraiment en retard, se félicita le jeune garçon.

Akemi, lui, faisait la tête depuis l'arrivé de son frère. Il savait bien que ce n'était pas lui qui avait choisit de reprendre le temple, mais il lui en voulait beaucoup de passer si peu de temps avec lui. Depuis aussi longtemps que je m'en souvenais, il avait toujours été comme ça ... à tourner le dos à la situation dès que quelque chose lui déplaisait, mais à jamais vraiment osé s'y opposé. Quand il était plus jeune, sa mère était morte à cause d'une colision avec une voiture et il s'en sentait coupable car si sa mère était sortit ce jour là, c'était pour lui acheter son cadeau d'anniversaire. Depuis ce jour, il n'osait plus penser à lui, de peur de provoquer encore la mort de quelqu'un. Atsushi, plus battant et terre à terre, avait de plus en plus de mal à voir son frère se refermé sur lui même. Il n'eu pas le temps de lui parler que le directeur prit tapa une fois sur le micro pour voir si il marchait bien. J'étais petite et on c'était installé au fond pour passer plus facillement inaperçut, aussi, je ne voyaits pas du tout ce qui se passait du coté de devant, même au sautant. Satoshi dû surment en avoir marre de me voir gesticuler puisqu'il finit par me demander si je voulais monter sur ses épaules. Comme je n'étais pas lourde, il n'eu aucun mal à me soulevé et je voyais maintenant parfaitement bien notre proviseur prendre une grande inspiration.

-
Les enfants ... ayant été jeune avant vous, je sais très bien que les ragots se colportent rapidement ... vous devez donc tous êtres au courant de la longue absence de Tsuyoi Mayumi, élève en deuxième année ... Yokoyama, descendez de là où vous vous êtes perchés, vous allez encore tomber.

Tous les regards se retournèrent vers moi et je vis que le directeur en profitait pour souffler. Tout en obéissant, je chuchotais à l'oreille de Sho qu'il devait avoir une très mauvais nouvelle à nous annoncer puisqu'il saisissait toutes les occasions pour ne pas avoir à continuer. En voyant que l'incident était passer, il dû bien sur continuer et la suite des évênements me montrèrent vite que j'avais raison.

-
Sa famille nous a appelé ce matin et ... nous avons la désagréable tâche de vous apprendre qu'elle est morte ...

Quelques petits cris retentirent dans l'assistance et moi même, je dû plaque ses mains sur ma bouche pour m'empêcher de crier. Ce n'était pas la première fois que j'apprenait la mort de quelqu'un mais ça me choquait toujours autant ... j'avais l'impression de revoir le moment ou mon père à eu son accident ... ce jour là, j'avais eu beaucoup de chance de m'en sortir et chaque fois qu'il arrivé quelque chose, ça me le rappelait. Je n'entendis même pas le professeur de science prendre la suite pour dire que nous allions faire cinq minutes de silence en sa mémoire et que ceux qui voudraient pourrait aller à la cérémonie du soir pour prier. C'est Sho qui me raconta cela quand je revint à moi. Je m'étais dirigée, comme un pantin, vers la classe après que nous ayons finit les cinq minutes de silence et n'avait repris confiance qu'au milieu du cours de mathématique, quand le professeur m'interrogea.
Le soir, nous nour dirigeâmes tous vers sa maison pour aller adresser nos condoleances à sa mère. Comme j'avais sympathisé avec elle, je savais qu'elle vivait seule avec sa mère ... ça devait être un choc pour elle de se retrouvait soudain toute seule. Et Mayumi était une enfant tellement gentille ... je n'arrivais pas à croire qu'elle ait pû mourire comme ça. "une bronchite" avait dit le professeur ... je me doutais bien que ce n'était pas la vérité ... ce n'était pas une impression ... je l'avais eu au téléphone quelques semaines avant et elle n'était pas du tout malade ... elle m'avait dit qu'elle n'avait pas le courage de retourné à l'école ... pourquoi déjà ? Ah oui ! C'était après que la moitier de la classe se soit moqué d'elle parce qu'elle avait fait sa déclaration à Takamoshi Akihito. Celui-ci n'en ménait pas large maintenant qu'il se retrouvait devant son cercueil. Je le voyais, tout pâle, en train de parler mais s'embrouiller dans ses mots.
Mais si ce n'était pas une maladie ... qu'est ce qui avait bien pu causer sa mort ? Je fus coupée de mes pensés par Sakura qui me poussa en avant en disant que c'était à mon tour. Je m'approchai en sentant une nausée m'envahir, comme chaque fois que je sentais la mort.

-
Tsuyoi ... je te promet que je trouverais la véritable raison de ta mort.

Sakura, en s'approchant à son tour, me regarda avec étonnement. J'avais décidé de mener l'enquête et de savoir ce qui c'était vraiment passé. C'est ce que j'expliquai à mes amis dès que nous prirent le chemin de chez nous.

Le soleil filtrait maintenant à travers la fenêtre de ma chambre et me réveilla avec l'aide des gazouillis des oiseaux. Je me levai et enfila mon yukata préféré avant d'aller à la vitre pour regarder le paysage. Sho jouait au foot avec Satoshi dans les Iris pendant que Sakura, assise sur un banc, tentait de faire une couronne de fleurs avec celle qu'elle avait raporté de son travaille. Non loin d'elle, près d'une table qui avait été dressé avant mon réveille, Ayumu faisait griller des saucisses et autres choses que l'on adore manger à un barbecue. Je ne devais pas m'inquiéter de mon rêve alors que tous le monde s'amusait joyeusement dehors ... après tout, le passé est le passé, et je l'avais résolu ce mystère. Je n'en avait jamais rien dit à personne, et je ne le révèlerais jamais, le secret de la mort de Mayumi ... j'étais la seule, avec sa mère et les médecins, à le connaitre, et personne ne serait jamais au courant. Voulant profiter du présent, je mis descendis les escaliers aussi vite que je le pouvais avec mon vêtement puis enfilla une paire de basket avant de sortir à mon tour pour jouer. Sho manqua de tombé à la renverse en me voyant si bien vêtu, Ayumu me fit un compliment timide, Sakura me promis une couronne pour aller avec et Satoshi soupirait en disant que ce n'était pas une tenue pour jouer au foot. Pourtant, c'est avec cette tenue que je réussi à lui mettre un but.

:chatbeigeparle Fin du chapitre :chatbeigeparle
Pour ceux qui serait intéressé, la cause réelle de la mort de Mayumi-chan, je la connais aussi XD Après être resté enfermé chez elle pendant un mois pour se remettre des moqueries, elle a téléphoné à Suichi pour en parler et finalement, quelques jours plus tard, elle a décidé de retourner en cours mais à glisser sur la première marche d'escalier de chez et est tombée sur la nuque ... sa mère préféra éviter que la cause réelle de la mort soit divulguée pour que les gens ne pensent pas "quelle maladroite" ou qu'ils s'imaginent qu'elle c'est suicidé.
Voilà pour ça ... Ce chapitre est une sorte de parenthèse. Elle ne se situe par exactement après l'épisode d'avant mais pas non plus longtemps après ... disons que c'est un week end tranquille ^^ une sorte de chapitre "bonus"

_________________



Mise en place du service minimum, je suis désolé. Je ferais de mon mieux pour répondre malgré tout aux questions de chacun s'il y en a. Ma boite à MP reste donc ouverte.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rumiko-takahashi.webnode.com
megamomo
Admin ~ a little sadistic
Admin ~ a little sadistic


Féminin
Nombre de messages : 2057
Age : 23
Passion(s) : : Manga, Japon, embêter les gens, écriture et rp
Humeur ? : Fatigué, heureusement que les calendriers permettent de compter les jours ...
Date d'inscription : 06/06/2006

Feuille de membre
Ton humeur aujourd'hui:

MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Sam 16 Aoû - 23:13

Konichiwa mina-san ^^ Etoo ... ça me manquait un peu d'écrire cette histoire alors j'ai décidé de m'y remettre un peu -_-" en plus, c'est les vacances et j'en ai marre de glander -_-" par contre, je n'ai pas la moindre idée alors ça risque d'être vraiment n'importe quoi -_-" Sinon et bien ... je suis pas de super humeur aujourd'hui parce qu'après avoir passé ma matiné (et une partie de l'après midi) sur google pour chercher le nom de tous les mangas yaoi qui se passaient dans un pensionnat (au moins un moitier -_-") je n'ai même pas trouvé LE manga que je cherchais -_-" fait dire que je suis un peu con ... je n'ai pas pris son nom et je n'ai pas mis le lien du scan dans mes favoris ... j'étais tellement pris par l'histoire que j'en ai oublié tout ce qui ne la concernait pas. Alors si, un jour, l'un d'entre vous tombe sur un manga yaoi qui se passe dans un pensionnat, où il n'y a que des bishonen et que les types du dortoires sont tous gays et bizarre, n'hésitez pas à me contacter parce que cet histoire me tourmente vraiment ... rahhh Le héro était trop choupi !!! ça m'énerve vraiment ce coup là -_-" Je demande pas beaucoup pourtant ... alors pourquoi google ne me retrouve pas mon [bip] de manga ?! ROHH !!! Pauvre de moi ... et en plus mon lit est plein de manga parce qu'on est en train de m'installer un nouveau meuble ... je peux à peine bouger T^T enfin bon ... place au chapitre.

Chapitre 9 : Week-end en ville.

Dimanche ... enfin, aucun de nous ne travaillaient. Comme la plupart des boutiques, celle dont on s'occupait était fermée aussi le Dimanche et Sho n'avait pas cours le week-end. J'étais heureuse de penser qu'on allait enfin passer un week-end tranquille. Avant, avec le déménagement, ce n'était pas facile d'être tranquille, surtout Satoshi qui faisait les travaux pour qu'on ait l'eau et l'éléctricité. Il y avait sans arrêt du bruit et, franchement, pour le calme, vous repasserez. Ce matin, Satoshi est arrivé vers dix heures après avoir fait un bruit d'enfers toute la matiné et s'était écrié :

-
Ayumu, tu sors avec moi cet après midi ?

Sa déclaration avait fait l'effet d'une bombe et Ayumu s'était alors étouffé avec la pomme qu'il était en train de manger. Finalement, une fois remis du choc - Satoshi, romantique ? C'est du jamais vu ! - nous avons compris qu'il demandait ça car il avait entendu des clients du café où il travaillait parler d'une nouvelle attraction dans le parc de la ville. Nous étions d'ailleurs tous invité. Je vis Ayumu pousser un petit soupire pendant que Sakura courrait vers le téléphone pour donner rendez vous à mon frère ... je le comprenais ... il s'étais imaginé que Satoshi se sentait enfin près à rester avec lui un après-midi, et il se rendait compte qu'il s'était trompé ... Mais je n'avais pas le temps de lui remonter le temps ... il fallait absolument que je me change ! Je n'allait pas rester en pyjama pour sortir avec Sho quand même ... se serait tout bonement stupide !
Comme je ne mettais pas encore décidé à ranger mes vêtements dans les placards, de toute façon envahi par mes mangas, j'ai dû fouiller mes cartons un par un avant de retrouver, enfin, ma salopette en jeans que j'adorais. Je mis tellement de temps avant de la trouver que j'entendis Sho m'appeler en bas de l'escalier et que je fus obligée de me dépécher de l'enfiler si je ne voulais pas qu'ils partent sans moi.
Le parc d'attraction de Sakurajo était situé à l'extrémité nord de la ville et pour nous qui étions dans la banlieu sud, on ne pouvait pas espérer passer plus de temps dans les transports en commun. Nous avons tout de même eu de la chance de tomber sur un tramway pas trop plein et ainsi d'avoir des places assises. A peine installé je me sentis vraiment fatiguée. J'étais en train de réfléchir à ce que je pourrais écrire pour mon premier manga mais j'étais à court d'idée ... pour moi qui passais mon temps à inventer des moyens de ne pas m'enuyer, c'était un peu la honte et j'avais passé la nuit à travailler dessus ... ce n'était pas la première fois de la semaine que je ne dormais pas et je commençais à être vraiment épuisée mais je ne pouvais pas me permettre de laisser tomber comme ça ! Si je voulais écrire un shojo, je pouvais facilement me servire de la relation entre Sakura et mon frère ... si je voulais faire un shonen-ai, j'avais Ayumu et Satoshi ... mais je n'avais pas envie de quelque chose dans le genre et j'avais beau me creuser la tête, je ne savais pas quoi faire. En regardant Ayumu, je me me surpris à penser qu'après tout, pourquoi vouloir écrire un manga alors que j'avais l'impression d'en vivre un ? Avec ce garçon, on voyait tous les clichés des vieux shojo, et le pire c'est qu'il ne s'en rendait pas compte ... Là par exemple, il c'était endormis sur l'épaule de Satoshi, épuisé par les recherches qu'il avait fait cette nuit pour préparer quelque chose pour se postuler dans le café où travaillé Satoshi ... on lui avait accordé le post si il faisait quelque chose d'inovant ...

-
Rahhh ! Bon dieu, on est pas dans un roman ! Les choses vont pas se faire seul ! Il me faut une idée !

J'étais tellement occupée à pensé à tout ça que je n'avais pas remarqué que j'avais crié dans le tramway, réveillant ainsi Ayumu. Tout le wagon me regardais à présent et, même si j'avais l'habitude d'attirer les regards avec mes cheveux rouges, je me sentis soudain un peu honteuse ... Heureusement, nous étions arrivés et je pu sortir et me meller à la foule histoire de me faire oublié. Sho m'attrapa la main avant que je perde et me serra dans ses bras comme il avait l'habitude de le faire au lycée devant tout le monde. Comme à cette époque, je me sentais un peu génée mais pour une fois, ça tombait bien ... j'avais besoin de bras familier pour me remettre les idées en place.

-
Qu'est ce qui t'as pris de crier Aneki ? Me demanda Tatsuya en nous rejoignant.
-
Gomen, gomen, m'excusais je en me dégageant des bras de mon ami. C'est juste que je ne dors pas trop ses derniers jours alors j'ai rêvé tout éveillé.
- Ce n'est pas sérieux Suichi ! Me gronda Ayumu en se frotant les yeux. Le sommeil est quelque chose de très important ! Tu ne dois pas t'en priver !

Il finit à peine sa phrase et poussa un baillement tel que nous éclatêmes de rire ... comme on dit "faites ce que je dis, pas ce que je fais." Ayumu rougit un peu mais Satoshi l'entraina tellement vite au stand de barbapapa qu'il ne rajouta rien ... Ayumu avait toujours adoré les sucreries et il n'y avait rien qu'il aimait plus que la barbapapa. Au contraire, Satoshi détestait tout ce qui était sucré et se sentait mal en voyant se genre de chose, mais il avait décidé de faire plaisir à Ayumu aujourd'hui ... Finalement, ça se passait plutôt bien. Vers quatorze heures, après avoir fait un tour dans les montagnes russes - où Satoshi à vomi ... qui l'aurait crus - et passé vingt minutes à essayer de gagner quelque chose au stand de tire, nous décidâmes de nous séparer et de nous retrouver à seize heures pour faire un tour dans la grande roue. J'avais très envie de faire un tour dans la maison hantée et, malgré ses rétissances, Sho accepta d'y aller ... normalement, dans les mangas, quand on va dans la maison hantée, la fille à peur du fantome qui surgit soudain et s'accroche à son petit copain n'est ce pas ? Et bah ça n'a pas marché avec nous ... c'est Sho qui a sursauté en voyant une momie dans la première salle et qui n'a plus lâché mon bras de toute la visite ... le pire c'est que comme il avait les yeux fermés, il est rentré dans un des monstres et c'est cogné la tête ... on m'y reprendra à vouloir faire ce genre d'attraction.

-
Gomen, gomen Shû-chan, s'excusa t'il pendant que j'achetais une glace pour qu'il se remette de ses émotions.
-
Laisse tombé Sho ... c'est pas bien grâve. Si t'as peur, t'aurais dû me le dire ...
- Go ... gomen Shû ...
- Hey !

Par réflexe, il a levé la tête pour me regarder et j'en ai profité pour l'embrasser ... pour une fois, c'était moi qui l'avais eu et j'avoue que ça me plaisait bien pour le coup ... Je ne sais pas si les passants s'amusaient à nous regarder mais en tout cas, quand j'ai rouvert les yeux, la glace de Sho était sur sa chaussure et il était rouge comme une écrevisse ... il était tellement ...

-
Kawaiii !!!!! Hurla une petite fille qui passait par là en le montrant du doigt. Okasan ! Regarde le garçon là bas ! Il est tout rouge ! On dirait un personnage de dessin animé !

L'intéressé sortit soudain du monde où il était partit et se regarda des pieds à la tête. Il était très intéressé par les mangas et les animes mais être comparé à un personnage fictif lui avait fait l'effet d'une douche froide ...

-
Nee, Shû-chan ... Je ressemble à l'un des personnages de tes mangas ?
- Nan, sont bien plus mignon que toi, répondis-je en lui tirant la langue.
- Hein ?! C'est une blague pas vrai ?! Hurla t'il inquièt.
-
Bien sur Sho-kun ... On va faire un tour sur cette fameuse nouvelle attraction ? C'est pour ça qu'on est venu après tout ... et il parait qu'on est un peu mouillé, ça te rafraichirait les idées ... j'aurais pas dû t'embrasser, tu vas te faire des films maintenant.
- Qu'est ce que tu racontes, s'offusqua mon ami, s'il te plait !! Tu veux pas m'embrasser encore ? C'est toujours moi d'habitude, j'étais juste surpris !! Allez !!!
- Arrêtes un peu tes bêtises ! Tout le monde nous regarde !
- Alors dis au moins que tu m'aimes !! Allez Shû-chan ... s'il te plait !!
- On dit pas ce genre de chose en public ! Déjà, normalement, on ne s'embrasse pas dans la rue ! Ce n'est pas poli alors arrête un peu de te plaindre et viens !

Il soupira un peu mais fini par me suivre sans traîner des pieds. Je savais bien qu'en fait il était bien content que j'ai réussi à vaincre le fait que je n'osais pas affirmer mes sentiments devant les autres pour lui ... je n'eu aucun mal à l'entraîner jusqu'à la nouvelle attraction où la queux était bien plus longue ... mais par contre, il ne me lâchait plus la main. Bah ... ça ne me dérangeait pas tellement au fond ... et puis je savais bien que j'avais de la chance d'être avec Sho et qu'il y avait plusieurs filles avant moi qui lui avait fait leur déclaration ... et encore maintenant beaucoup s'intéraissaient à lui ... Il dû s'appercevoir que quelque chose n'allait pas parce que, dans la fille, il me serra la main un peu plus fort en me disant que tout allait bien.

-
Vous êtes en retard ! Cria Satoshi quand nous arrivâmes à seize dix. Qu'est ce qu'on aurait fait si vous étiez arrivés cinq minutes plus tard ? On aurait raté la grande roue !
- Gomen ... m'excusais-je les joues empourprées. On a pas vu le temps passer ...
- Et qu'est ce que c'est que ce nounours Suichi ? Pesta encore le jeune garçon.

Ce nounours ... Je n'avais pas pu empêcher un petit "kawaii" quand on était passé devant le stand où il était et Sho avait alors fait tout son possible pour le gagner ... il y a dépenser tout l'argent qu'il avait sur lui mais il avait l'air ravis en me l'offrant ... il était tellement gentil ... Ayumu calma Satoshi en disant qu'il était temps qu'on aille s'installer dans les cabines. Qu'est ce que je disais ... la vie avec Ayumu était un manga perpétuelle ... et les cabines étaient pour deux personnes ... on aurait dû s'en douter ...

- Il te plait ton ours Shû ?
- Oui ... merci beaucoup Sho ... il est vraiment adorable ... mais le plus adorable c'est quand même toi ... tu es tellement gentil avec moi aujourd'hui ...
- Bah merci, pesta Sho en tournant brusquement la tête. ça veut dire que d'habitude, je suis pas gentil ?
- C'est pas ça que je voulais dire, rigolais-je. Par contre, j'espère que t'es pas comme ça avec toutes les filles que tu croises ...
- Tu serais pas un peu jalouse par hasard ?

Là, il avait touché le point sensible ... comment avait il fait pour deviner ? [parce que c'est flagrant baka] Alors que je mettais donné du mal pour le cacher ... Je regardai pas la fenêtre cherchant un autre sujet de discution et m'écriai qu'on voyait notre ancien lycée d'ici.
Finalement, après cette journée mouvementée, nous passâmes trois quart d'heure dans le tramway pour rentrer, heureusement que nous avions chopé l'express, et Ayumu prépara tout de suite le repas ... aujourd'hui, chocolat chaud, café pour Satoshi, avec une tarte aux fruits qu'ils avaient préparé la veille. Moi, j'avais sortit mon cahier et je cherchais déséspérément la page où on c'était arrêté en faisait attention à ne pas renverser de chocolat sur mon nouvel ours.

:couper: Fin du chapitre :couper:
... Mon dieu que c'est gnan gnan ... m'enfin, je voulais faire un truc dans ce genre depuis plus d'une semaine et si c'était pas dans cette fic', ça aurait été dans une autre, ce qui n'aurait pas été mieux, avouons le XD Et puis, vous avez échappé au pire [le pire ?!] un deuxième bisou entre Sho et Suichi ... m'enfin, pour "mon usage personnel" (que je ne fais lire à personne), je vais commencé un beau shojo pour apprendre à écrire des déclarations et des bisous ... faudra quand même que je me trouve un copain pour tester [sbaf]

_________________



Mise en place du service minimum, je suis désolé. Je ferais de mon mieux pour répondre malgré tout aux questions de chacun s'il y en a. Ma boite à MP reste donc ouverte.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rumiko-takahashi.webnode.com
megamomo
Admin ~ a little sadistic
Admin ~ a little sadistic


Féminin
Nombre de messages : 2057
Age : 23
Passion(s) : : Manga, Japon, embêter les gens, écriture et rp
Humeur ? : Fatigué, heureusement que les calendriers permettent de compter les jours ...
Date d'inscription : 06/06/2006

Feuille de membre
Ton humeur aujourd'hui:

MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Dim 24 Aoû - 20:55

Je suis en plein délire créatif ... j'ai fait un post dans un RPG, c'est presque aussi long qu'un chapitre de cette fic' ! J'ai horriblement envie d'écrire aujourd'hui -_-" j'ai été contaminé en lisant les fic' yaoi tout à l'heure et hier ... je suis à fond dedant et maintenant, j'ai envie d'écrire et de raconter des bisous et tout plein de truc ... en bref, je délire ! Moi aussi je veux un petit copain T^T bon ... j'en ai un mais j'arrive pas à m'y faire et en plus, vu qu'on se voit pas souvent, pour les bisous, tu repasseras -_-" Sans compter que ça m'empêche pas de loucher sur les beaux mecs de manga XD

Chapitre 9 : Ayumu hésite ...

- Chère kit ... aujourd'hui Satoshi a enfin affirmé son amour pour Ayu-ayu-kun ... chi ch'est pas choupy ça !!

Qu'est ce que le temps pouvait passer lentement pendant les cours de mathématique. Aujourd'hui, le professeur essayait de nous expliquer le principe des trois rapports égaux dans un triangle ... rien que le titre me donnait envie d'aller me recoucher. Pour le moment, la seule chose qui occupait mon esprit, c'était la déclaration de Ayumu ce matin en entant dans la salle ... Je n'arrivais pas à me la sortir de la tête. Alors que je criais "Ohayô Ayu-Ayu" comme tous les matins, il s'est dirigé vers Satoshi et lui a dit "je suis désolé de vous avoir embêté pendant plus d'une semaine ... je crois que je vais laisser tomber cette fois ... merci d'avoir été avec moi."
Je n'arrivais toujours pas à le croire ... alors qu'il s'était toujours accroché, il abandonnait d'un coup ... toute la classe l'avait entendu et même ceux qui s'était moqué de lui n'arrivait pas à le croire. Satoshi était resté la bouche ouverte et n'avait plus réagit depuis ... il n'avait même pas répondu quand la prof lui avait dit "Takahata ! Rejoignez nous !" ... de nous tous, s'était celui qui était le plus sous le choc de la nouvelle. Il avait pris l'habitude de traîner avec le jeune garçon et entendre ça lui avait vraiment fait bien plus mal qu'il ne l'avait imaginé ... pour être sincère, personne ne pensait qu'Ayumu allait un jour dire ça ... Il avait les yeux rouges et j'en déduisais qu'il lui avait fallut beaucoup de courage ... pourtant, je ne comprenais pas pourquoi il avait pris cette decision ... en temps normal, il aurait plutôt continué à tenter de le séduire ... abandonner, ce n'était pas son genre.

-
Yokoyama ! Puisque vous semblez tellement absorbé par votre cours, venez donc résoudre ce problème !

Cette prof ! Elle intérvenait toujours au moment où j'étais en train de réfléchir ! Elle ne voulait pas me laisser en paix un jour ? Obligé d'obtempérer, je me dirigeai vers le tableau et regarder les dessins, les yeux dans le vide ... je ne comprenais rien du tout à ce qu'il fallait faire. Mitani-sensei poussa un profond soupire en disant qu'il allait vraiment qu'elle finisse par se résigner au fait que je n'aimais pas les math.

- Mais c'est bien sur !
- Que vous arrive t'il soudain Yokoyama ? Vous avez enfin compris l'énoncé ?
- Hein ? Demandais je en ne comprenant pas sa question. Ha ... etoo ... non mais j'étais en train de réfléchir et ...
- C'est bon, j'ai compris, je renonce ... retourne à ta place.

J'aurais dû y penser plutôt ! En retournant à ma place, je réalisai enfin que nous avions été vraiment stupides ! C'était normal qu'Ayumu laisse tomber ... il s'était tout simplement résigné en comprenant qu'il ne servait à rien de s'accrocher si Satoshi ne l'aimait pas ... et en se disant qu'il devait être triste avec lui ... tout ce qu'il avait fait, c'était pour Satoshi ! Il n'avait pas cessé de l'aimer, mais il voulaiit qu'il soit heureux ! Tout ça juste parce que Satoshi était incapable d'affirmer ses sentiments à son égard ! ça se voyait pourtant qu'il l'aimait ! Il faisait des crises de jalousies dès que quelqu'un s'approchait de lui trop près et il voulait sans arrêt rester avec le petit garçon ... il n'avait juste pas le courage de lui avouer que ça ne le dérangeait pas d'être son petit ami ...
D'un coup, je comprenais bien mieux le geste d'Ayumu. Il avait fait ça parce qu'il aimait Satoshi d'un amour vrai et qu'il voulait qu'il soit heureux ... plutôt que de lui imposer son amour comme il l'avait fait jusque là, il avait décidé de le laisser vivre sa vie ... c'était terriblement romantique !

-
Tu veux dire complètement crétin ! S'écria Satoshi quand je lui expliquai la situation, à lui et aux autres, à l'heure du déjeuné. Tu veux dire que MOI je l'aime ? C'est n'importe quoi ! Je n'aime pas les garçons !
- ça ne sert à rien de te mentire à toi même, soupira Sho qui était d'accore avec moi. On est bien plus heureux quand on est avec la personne qu'on aime et si tu t'obstines à mentire, tu vas le perdre pour de vrai ... et se sera seulement à ce moment que tu te rendras compte combien il était important.
- C'est n'importe quoi ces histoires ! Je n'aime pas les hommes !

Mitsuki soupira et sortit de la pièce en disant qu'elle plaignait Ayumu. Elle avait raison ... il était victime de la fiérté de Satoshi qui refusait d'admettre qu'il était gay ... pourtant, ce n'était pas grand chose ! Si ça pouvait lui permettre d'être avec Ayumu, il devrait quand même courire le risque !

-
J'admet que je ne ressents pas la même chose quand je suis avec lui que quand je suis avec vous, mais ce n'est pas de l'amour ... c'est juste une forme d'amitié particulière ... enfin je crois ...

Alors c'était ça le problème ... le problème c'était qu'il n'arrivait pas à comprendre ses sentiments ! Alors au fond, on avait peut être encore une chance si on lui expliquait tous ce qu'il en était avant la fin de la pause déjeuné ! Et chacun de nous commencèrent à tenter de lui faire comprendre que c'était bien de l'amour qu'il ressentait ! Mais on avait beau tout tenté, il ne comprenait pas ... décidément, on avait là un cas bien difficile !
Malheureusement, la cloche sonna la reprise des cours avant que nous ayons eu le temps de réussir notre mission ... est ce que le couple préféré de toute l'école - car c'était le cas - allait disparaitre aussi bêtement ? C'était tout bonnement impossible ! Il fallait que l'on trouve un moyen ... mais je n'avais aucune idée. Pourtant, pendant le cours, j'eu l'impression que Satoshi cogitait plus que d'habitue ... il avait vraiment l'air de réfléchir et je ne pensais pas que c'était sur le cours ... Avait on encore une chance ?
A la fin du cours, Ayumu tenta de sortir de classe rapidement mais Satoshi le rattrapa dans le couloir et lui dit d'une voix dure "faut qu'on parle" ... Sho et moi, nous nous sommes regardés. Quand il parlait comme ça, ce n'était jamais très bon. En bon curieux que nous sommes, nous les avons discrètement suivit pour savoir ce qui allait ce passer après.
Satoshi a tiré par le bras Ayumu qui ne voulait pas le suivre puis l'a conduit jusqu'à un petit coin du campus où personne n'allait jamais. Il poussa ensuite Ayumu contre le mur - pas sur le mur attention ! - et le regarda dans les yeux. De là où nous étions, nous pouvions voir qu'Ayumu commençait à pleurer et mettait ses mains sur les oreilles pour ne plus rien entendre mais nous fûmes tous surpris de ce qu'il cria.

-
Je t'aime Ayumu ! Je t'aime, je t'aime, je t'aime ! Je sais que jusqu'à présent, j'ai été nul mais je t'aime vraiment et je ne veux pas courir le risque de te laisser partir dans les bras d'un autre ! Je veux être avec toi et personne d'autre ! Je suis désolé de mettre conduit comme un égoïste et de ne jamais t'avoir dit ce que je ressentais mais ...

La voix de Satoshi commençait à trembler et je devinai qu'il n'arrivait plus à contrôler ses émotions et que c'était gagné cette fois !

- Je ne sais pas quoi te dire pour que tu reviennes avec moi ... S'il te plait Ayumu ...

La suite se passa tellement vite que Sho et moi n'avons rien compris. Ayumu passa son bras sur son visage pour sécher ses larmes et sauta au cou de Satoshi en recommençant à pleurer. Il était beaucoup plus petit que Satoshi aussi ses pieds ne touchaient même plus le sol mais il serrait son petit ami tellement fort qu'il ne s'en rendit même pas compte. Il finit par le lâcher et Satoshi se baissa pour poser ses lèvres sur celle du jeune garçon. En les voyant je ne puis m'empêcher de crier un petit "yatta" et je ne pensai même pas à pester sur Sho quand il me pris dans ses bras pour m'embrasser à son tour. Ce baiser était encore mieux que d'habitude tellement j'étais heureux et je finis moi aussi par serrer Sho très fort dans mes bras ... tellement fort qu'il fini par se dégager en toussant.

- Alors ça c'est naze ! Pesta Satoshi en posant sa tasse. Vous avez pas honte d'espionner les gens comme ça tous les deux ?!
- Gomen, s'excusa Sho très sérieux. Mais t'es mon meilleur ami et je n'avais pas envie que tu regrettes quelque chose alors ...

Satoshi s'ému de cette déclaration et regarda le petit corps chétif d'Ayumu qui s'était endormis sur ses genoux et dormait avec tellement paisible et adorable qu'il aurait pu faire craquer n'importe qui. Pendant que Sakura, qui pestait de ne même pas avoir entendu son nom, débarassé la table des tasses de chocolat qu'il y avait dessus, le héro du soir pris son amant endormis dans ses bras pour le conduire dans son lit.

coucou Fin du chapitre coucou
KAWAIII !! Moi aussi je veux m'endormir dans les bras de Satoshi ! Et bien voilà ... le fantasme de Momo c'est enfin réalisé ... Satoshi et Ayumu se sont embrassés ! Et bien ... ça vole haut la jeunesse de nos jours -_-" voilà où ça conduit de se conduire comme un crétin -_-" ... Et n'oubliez pas le petit discours de Satoshi si votre copain veut vous quitter pour la même raison qu'Ayumu XD

_________________



Mise en place du service minimum, je suis désolé. Je ferais de mon mieux pour répondre malgré tout aux questions de chacun s'il y en a. Ma boite à MP reste donc ouverte.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rumiko-takahashi.webnode.com
megamomo
Admin ~ a little sadistic
Admin ~ a little sadistic


Féminin
Nombre de messages : 2057
Age : 23
Passion(s) : : Manga, Japon, embêter les gens, écriture et rp
Humeur ? : Fatigué, heureusement que les calendriers permettent de compter les jours ...
Date d'inscription : 06/06/2006

Feuille de membre
Ton humeur aujourd'hui:

MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Lun 25 Aoû - 21:07

Etoo ... je crois que je suis vraiment porté par un élan en ce moment ... j'ai besoin d'écrire et ce soir, je me sens d'humeur à écrire quelque chose de triste ... Au début, je voulais que se soit le dernier chapitre mais j'ai changé d'avis ... bon, évidemment, si personne ne lis je m'arrêterais là, mais sinon, je pense continuer encore un peu pour finir sur quelque chose de tout aussi tragique ... mais je garde ça pour moi. J'aurais volontier fait ce chapitre plutôt dans TP puisqu'un mort est prévu dans le prochain chapitre (cette fois, il sera vraiment mort) mais j'me suis dit que se serait pas mal non plus de le faire ici ... après tout, c'est fic' est plutôt toujours super joyeuse ... même dans les moments tristes (disputes entre personnages -_-") y'a rien de bien tragique et Akemi est tellement taillé pour l'héroïsme ... Ray-chan m'avait dit une fois qu'elle le voyait bien mourire pour protéger les autres ... (je sais pas si elle s'en souvient) et bien ... je pense que c'est vrai. Si il y a un personnage que j'aime vraiment mais qui doit mourire pour trouver tout son sens, c'est lui ... mais je ne peux pas m'y résoudre ... il est tellement attachant ... tellement généreux ... le voir mourire, c'est une véritable torture pour moi ... je vous garantis que ça me ferait mal si il devait mourire à la fin de TP ... enfin bon, arrêtons de parler parce que ça ne sert à rien de perdre son temps en bavardage inutil ... place au chapitre. ... Exceptionnellement, le début de l'histoire est raconté à la troisième personne pour une raison ... bah parce que je trouve que ça donne un effet pas mal ...

Chapitre 11 : De bien triste souvenir.

Suichi soupira, assise dans le canapé. Elle n'avait pas envie d'aller se coucher mais tout le monde était déjà partie ... elle avait dit qu'elle se chargerait d'éteindre la lumière et rien ne l'empêcher de rester un peu pensive. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas vu ses amis de lycée, à part ses colocataires ... Elle avait plusieurs fois proposé des rendez vous mais Makoto avait toujours violemment refusé ... il ne voulait plus voir personne du lycée depuis le dernier jour de cours ... La rouquine comprenait son comportement mais ça la rendait triste de le voir s'enfermer de cette façon dans un monde de souvenir ... d'après ses informations, il ne sortait plus autant de chez lui et était tellement introvertie qu'on ne le reconnaissait plus ... depuis ce jour de Mars, plus personne n'avait entendu sa voix. Elle était pourtant si jolie sa voix ... une voix claire et chaude ... une voix d'enfant ... Il n'avait jamais été très expensif mais tout de même ... et il était plutôt bavard en plus ...
La roussette soupira en se remémorant ses souvenirs ... ceux d'un Makoto aimant discuter, toujours fourré avec ses amis, Akemi et Tsubasa, tentant le maximum pour réconcilier Atsushi et son frère jumeau. Quand ils n'étaient pas tous les quatre, il était avec Akemi, en train de discuter sur la leçon de mathématique ou sur les dessins animés de la veille. Il était vraiment adorable avec sa petite manie de dire "Nyô" quand il ne savait plus quoi dire.
Tout en réfléchissant à cette époque bénite, elle avait rouvert machinalement son carnet bleu et, decidant d'aller rejoindre les autres aux pays des rêves, elle s'appretta à le fermer quand elle fut intrigué par un détail ... Il y avait une photo de Makoto et Akemi sur la page en question. Attiré par cela, elle regarda la suivante et commença à lire ... c'était une page quelconque, racontant une journée de sa vie s'éttalant sur une quinzaine de feuilles, situé vers le dernier quart de l'ouvrage. Pourtant, si Suichi avait feuilleté les pages suivantes, elle se serait apperçut qu'après cette histoire, les pages étaient vièrges ... un détail qui l'aurait probablement empêché d'aller plus loin ... mais c'était trop tard. Elle avait déjà lu les premiers mots et elle ne voulait plus s'arrêter.

-
Ma très chère Kit ... Tu n'imagines pas combien ce choix a été dure pour moi mais, après ce résumé de mon histoire, je te laisserais enfin te reposer ... tu m'as aidé presque un an à surmonter les épreuves que j'ai vécu en première année ... mais cette année est terminée, et je crois que nous ne pourrons plus jamais revenir en arrière. Je donnerais pourtant n'importe quoi pour que cette journée s'efface et que rien ne change ... je voudrais graver cette année dans mon coeur à tout jamais, mais se serait beaucoup trop douloureux pour moi ... c'est pourquoi après mon histoire, je te rangerais dans une boîte afin d'enterrer ses souvenirs ...

La journée avait pourtant débuté comme n'importe quel journée ... une journée simple, une journée normale et même merveilleuse puisque c'était la dernière de cours ... après, sous étions enfin en vacances ! Qui d'entre nous aurait pu deviner ce qui allait se passer ? Tout était tellement banal ... j'étais arrivé avec une demi-heure d'avance tellement j'était pressée de dire enfin "adieu" à mon professeur de mathématique et surtout ... surtout, ma mère avait invité Sho, Sakura, Satoshi et Ayumu a passer les vacances avec nous à Okinawa ... je pensais que rien ne pourrait troubler mon bonheur ... j'étais insouciante et je ne pensais qu'aux deux semaines de vacances qui m'attendais après cette journée ... nous devions partir le lendemain et mes valises étaient déjà prêtes. Sho entra en fanfarre comme à son habitude et vint me sauter sur le dos alors que je rêvassais à la fenêtre de la salle. Je sursautai en sentant son poids sur mes épaules et lui caressa les cheveux, le laissant ensuite se glisser à coté de moi pour regarder aussi par la fenêtre. D'ici, nous avions une vue merveilleuse de la montagne en face l'école. J'avais envie que cette journée se finissent le plus vite possible pour pouvoir enfin partire vers la mer.
Je fus réveillée de ma rêverie par Sho qui me tira la manche de mon uniforme et me montra un point dans la cours. Notre salle de classe étant au premier étage, je n'eu aucun problème pour distinguer ce qu'il me montrait. C'était Ayumu et Satoshi qui arrivaient ensemble à l'école, comme ils le faisaient tous les matins depuis bientôt deux mois. On avait l'habitude de les voir main dans la main, franchir le portail de l'école, Satoshi prennant sur lui pour ne pas prendre Ayumu dans ses bras et le jeune garçon au visage pourpre, ne comprenant pas encore très bien si il vivait un rêve ou si c'était la réalité, mais Sho aimait ce spéctacle et se réjouissait chaque jour un peu plus de les voir ensemble, comme si il s'agissait de lui. Satoshi avait toujours été son meilleur ami et il s'était souvent comporté avec Ayumu comme avec un grand frère ... les voir heureux tous les deux représentait pour lui un réel bonheur ... si grand que j'en étais jalouse par moment ... mais chaque fois que ça arrivait, je sentais les bras de Sho me tirer vers lui pour me serrer contre lui et ça suffisait à me remonter le moral.
Peu après l'arrivé du couple de l'année, tel était le surnom qui leur avait été trouvé au cour du mois de septemble, Sakura arriva à son tour en hurlant presque les paroles du générique de son anime préféré dont la saison un s'était terminé la veille. Franchement, cette journée semblait être une journée de bonheur et de joie ... en particulier à l'arrivé de Makoto, Akemi, Atsushi et Tsubasa, dit le club des quatre, qui nous proposèrent une petite virée en ville pour fêter la fin des cours ... seul Keiko faisait une tête de si pied de long, ayant des cours de soutiens pendant les vacances, parce qu'elle avait complètement loupé les derniers partiels et avait déjà eu de la chance de passer dans la classe supérieur.
Le reste de la journée était très flou ... je me souvenais vaguement des professeurs qui nous disaient que ce n'était parce que c'était la fin de l'année qu'il fallait endormir nos cerveaux et autre conseil qui me passèrent bien au dessus de la tête ... travailler pendant les vacances ? Très peu pour moi. J'avais déjà prévu tout un emploie du temps où je n'avais déjà même pas la place pour y inséré "regarder ma série préférée" alors des devoirs ... ils n'étaient pas bien !
Pour le dernier jour, nous fûmes libérés bien plus tôt que d'habitude ... aussitôt après le dernier cours de la matiné. Après c'être longuement discuté sur le choix du réstaurant, nous finîmes par écouter Ayumu qui nous conseillait celui d'Okonomiyaki au bout de la rue ... il avait été tellement adorable quand il nous avait demandé de sa petite voix "on pourrait manger un plat de chez moi ?" que personne n'avait osé dire non et que toutes disputes cessa aussitôt ... personne n'était capable de résister à sa petite tête qui me donner envie de le serrer contre moi comme une grosse peluche.
Une fois rassasié, et le porte monnaie très alégé, nous nous dirigâmes vers la quartier commerçant de la ville ... quelle erreur ! Si seulement nous avions pû prédire l'avenir, nous nous serions abstenus et aurions écouté la proposition de Keiko ... aller dans la salle d'arcade était une bien meilleure idée finalement, même si elle me parut totalement stupide sur le moment, la moitier d'entre nous n'ayant jamais eu une manette entre les mains avant. Si nous étions allés au karaoké comme je le proposais, nous aurions évité le drâme ... mais finalement, se fut le quartier commercial qui remporta la préférence de tout le monde.
Il était très calme à cette heure ci et je pu assouvir ma passion de manga sans avoir à faire la queux trop longtemps, ressortant de la boutique avec un bonne dizaine d'ouvrages réparties équitablement dans plusieurs sacs. Mitsuki courut ensuite vers la boutique de prêt à porté où elle n'essaya pas moins de vingt robe différente, cherchant celle qui aurait le plus d'effet sur son petit copain qu'elle avait prévus de voir tous les jours. C'est lorsque nous nous dirigeâmes vers le magasin d'éléctronique, où tout le monde avait quelque chose à acheter, que tout bascula. Nous allions passer à la caisse quand un homme encagoulé entra brusquement, manquant de casser la porte vitrée de l'entré. Il paraissait inquiét et complètement paniqué. Je fus la première à voir qu'il avait un révolver dans la main et je criai aux autres de se baisser quand il le pointa sur la vendeuse en lui demandant de sortir la caisse.
Son casse aurait probablement pu se passer sans blessé si nous n'avions pas été là. Makoto avait toujours été un garçon qui ne supportait pas la violence et se révoltat des manières de cet homme. Il n'hésita pas à lui dire que c'était lamantable et commença à lui faire la moral. L'homme dû certainement en avoir marre de se faire réprimender par un garçon de lycée et il pointa son arme sur lui près à tirer. En voyant ça, Akemi se jeta devant Makoto pour le protéger et, de surprise, le coup partit et se logea directement dans l'une des côte du jeune garçon.
Makoto avait toujours eu la mauvaise habitude de vouloir sauver tout le monde, pensant plus aux autres qu'à lui même ... il montrait ce trait de caractère particulièrement avec Makoto avec lequel il n'hésitait pas à se battre contre les plus forts garçons de l'école, alors qu'il détestait la bagarre, pour protéger le jeune garçon ... cette fois, ce n'est pas quelques bleus et des égratignures qu'il résultat de son geste héroïque. Le coup de feu attira la sécurité et l'homme fut vite neutralisé mais la chose était fait et on ne pouvait plus revenir dans le temps ... Cette fois, c'est la vie qu'Akemi laissa ... on eu beau le transporter en urgence dans l'hôpital le plus proche, et d'ailleurs le seul de la ville, la balle avait fait des dégats qu'on ne pouvait pas arranger et il était probablement déjà mort quand il monta dans l'ambulance ...
Tous les souvenirs de cette tragédie me revinrent soudain en tête ... je me souvins du sang qui salit mes mains quand tentai comme je pouvais d'empêcher le sang de couler ... je me souvenais de mon impuissance face aux évênements ... au fait que malgré tous mes efforts, je n'avais pas réussi à le sauver ... je me souvenais d'absolument tout, dans les moindre détail ... les larmes qui coulaient sur nos joues pendant qu'Akemi tentait encore, comme à son habitude de nous rassurer avec son éternel "je vais bien" ... il regardait Makoto, effondré. Il lui souriait avec le même sourire que tous les jours en cours pendant leurs éternels discutions ... je n'ai vu que rarement des sourires sur le visage d'Akemi mais c'était toujours lorsqu'il était en présence de Makoto ... maintenant seulement je comprenais qu'Akemi aimait Makoto ... il était heureux de donner sa vie pour lui parce que ses sentiments étaient les plus importants et qu'il n'aurait pas pu vivre sans lui. Il avait préféré tout risquer pour être sur de ne pas perdre la chose la plus importante pour lui ... il avait agit sans réfléchir, de la même façon que d'habitude ... il avait laissé son coeur réagir seul, sans demander au cerveau si c'était vraiment sérieux de le faire ...
La dernière page de cette journée d'août était maintenant presque illisible ... mes larmes avaient recouvert mon écriture et fait baver l'encre, pourtant totalement sèche. De la même façon que ce jour là devant le corps inerte d'Akemi, je ne pouvais retenir mes pleures. Ce jour là, le tenant dans mes bras, sans m'occuper de la couleur rouge sang que prenait son uniforme au fur et à mesure que le temps passait, j'avais sentit son coeur s'arrêter de battre, mes mains étant sur la plaie ... je le savais mais je n'avais jamais osé le dire ... je ne voulais pas me dire qu'il était mort ! Je voulais continuer à chercher un moyen de le sauver ... tout comme le sang qui coulait de sa blessure, la vie d'Akemi s'échappait et je savais que j'étais impuissante ... je savais qu'il m'était impossible de faire quoi que se soit pour le sauver ... il m'était juste impossible de l'avour ... je me souvenais maintenant de la raison pour laquelle je n'avais plus rouvert mon journal depuis ce jour ... je comprenais pourquoi il trainait, seul, dans une boite vite ...


Dernière édition par megamomo le Lun 25 Aoû - 21:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rumiko-takahashi.webnode.com
megamomo
Admin ~ a little sadistic
Admin ~ a little sadistic


Féminin
Nombre de messages : 2057
Age : 23
Passion(s) : : Manga, Japon, embêter les gens, écriture et rp
Humeur ? : Fatigué, heureusement que les calendriers permettent de compter les jours ...
Date d'inscription : 06/06/2006

Feuille de membre
Ton humeur aujourd'hui:

MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Lun 25 Aoû - 21:12

Je n'entendis pas Sho entrer dans le salon, sûrement alerté par mes gémissements. Il avait l'air inquiét, mais je ne m'en apperçut pas ... Je ne voulais plus lâcher mon cahier ... je n'y arrivais plus ... je voulais enterrer cette journée et mon passé mais maintenant, je n'y arriverais plus ... Sho me le retira délicatement des mains et aussitôt, j'eclatai en sanglot dans ses bras ... Cette fois, tous les pensionnaires entrèrent de la pièce pour voir ce qui se passait ... même Ayumu avait été réveiller par mes pleures ... je n'en pouvais plus ... je commençais à crier pendant que Sho me serrait dans ses bras de plus en plus fort, contre son coeur.

- Je savais qu'il était mort Sho ! Je le savais ! Je n'ai pas voulu ... je voulais le sauver mais je n'ai pas pu ... il est mort alors que j'essayais de le sauver ... C'est de ma faute ... je ... il aimait Makoto et on ne l'a pas compris ... Makoto l'aimait aussi probablement ! On ... on ne peut pas ...

Je n'arrivais pas à finir ma phrase, des petits hoquets me prenant de temps en temps et m'empêchant de parler. Tous le monde comprenait de quoi je parlais et je vis, malgré ma vision rendu flou par les larmes, Ayumu tomber par terre, ses jambes ne le portant plus, Sakura sangloter et Satoshi ... le fort Satoshi ... celui qui, lors de l'enterrement, avait dit qu'il le pleurerais plus jamais ... je vis une larme perler sur sa joue gauche ... Il me fallut plus d'une heure pour me calmer, et même ceci fait, la douleur du souvenir restait présente ... Ayumu n'était plus capable de se lever et son petit ami dû le porter jusqu'au canapé avant d'aller préparer un chocolat chaud ... quand il revint, j'étais endormis contre Sho, serrant sa main droite dans la mienne. Pleurer m'avais complètement épuisé.
Je ne le savais pas encore mais le souvenir de cette journée avait lancé un chronomètre ... un chronomètre qui comptait les jours qu'il restait avant que cette vite paisible que nous avions établis se termine ... avant que le souvenir que j'avais refoulé toutes ses années reviennen ...
:fleur: Fin du chapitre :fleur:
Mû ... va t'on enfin avoir des chapitres sérieux dans cette histoire ? Peut être bien ... celui-ci devait clore les histoires d'oitachi no omoide (le titre de la fic') mais j'ai décidé de la faire continuer un peu plus longtemps, ce qui explique le dernier paragraphe. Cette fois, comme le dit Shû, le chrono est lancé ... un ou deux chapitres, je pense que c'est ce qu'il reste à cette fiction ... je l'aime beaucoup mais toutes les histoires ont une fin et il va venir un moment où celle là devra se finir ... et je pense que la fin devrait plaire à Ray-chan, sans vouloire me vanter ... En fait, je crois bien que la fin est tout simplement reporté au prochain chapitre qui devrait arriver très vite ... mais rassurez vous, vous pourrez retrouver cette fiction sur le blog que je ferais dessus si j'en ai le courage ^^
Ce chapitre met venu tout naturellement ... j'étais vraiment Suichi cette fois ... je me sentais Suichi, j'avais l'impression que je parlais d'une histoire qui mettait arrivé et je pense qu'il ne me reste plus beaucoup de temps avant d'exploser en larme ... malgré tout, pensez en ce que je voulais, mais contrairement à d'habitude, écrire la mort d'Akemi n'a pas été vraiment douloureux ... si je relis ce chapitre, je vais sûrement pleurer mais, pour le moment, bien que les larmes me montent aux yeux, je ne me sens pas aussi triste qu'à la mort de Setsuko, qui est pourtant un personnage que je déteste ... je crois que le fait qu'il soit mort de cette façon à complètement changé mes sentiment ... certe, Setsuko est morte de la même manière mais il y a quelque chose ici qui fait que, finalement, c'est mieux comme ça ... parce que Akemi n'aurait pas pu vivre sans Makoto, parce qu'il a sourit avant de mourire, parce qu'il était heureux ... je crois que je souffre moins ^^ Parce que le coeur d'Akemi est aussi pure qu'un cristale que c'est lui qui parle dans tous ses actes, ceux si sont toujours moins condamnable tout à coup ... de la même façon, parce que c'est son coeur qui lui a dit de sauver Makoto, je me sens moins triste a cette idée ... parce qu'il est mort heureux.
Le petit monologue de Suichi sur les sentiments m'a été dictée par un texte que j'ai lu ... une fanficqueuse qui disait que "quand le coeur souffre, parler d'amour devient une évidence" ... j'ai trouvé cette phrase vraiment magnifique et c'est grace à elle que me sont venus les pensés de Suichi.

_________________



Mise en place du service minimum, je suis désolé. Je ferais de mon mieux pour répondre malgré tout aux questions de chacun s'il y en a. Ma boite à MP reste donc ouverte.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rumiko-takahashi.webnode.com
megamomo
Admin ~ a little sadistic
Admin ~ a little sadistic


Féminin
Nombre de messages : 2057
Age : 23
Passion(s) : : Manga, Japon, embêter les gens, écriture et rp
Humeur ? : Fatigué, heureusement que les calendriers permettent de compter les jours ...
Date d'inscription : 06/06/2006

Feuille de membre
Ton humeur aujourd'hui:

MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Mar 26 Aoû - 20:46

Cette fois, je crois que c'est vraiment la fin de cette histoire ... j'espère faire une suite mais je ne promet rien vu que, même si je l'aime beaucoup, je ne pense pas être capable de continuer sur cette lancé ... j'essayerais toute fois de continuer mais ça ne serait que des chapitres de la vie quotidienne, ce qui risquerait d'être un peu reloux non ? Vous pensez pas ? Enfin bon ... cette fois, c'est la fin de Oitachi no omoide ... merci pour vous encouragement [mwahaha, qu'est ce que je suis drôle] et d'avoir lu [je suis vraiment illarent quand je veux]

Last chapitre : prise de conscience

ça faisait une semaine depuis cet incident ... une semaine que je tentais de mon mieux de chasser ce souvenir qui hante désormais mon esprit. Sho passait tout son temps à tenter de me réconforter ... il avait même séché les cours plusieurs fois pour être avec moi à la mangathèque ... c'était tellement gentil de sa part de s'occuper de moi mais ... je n'arrivais plus à penser à rien d'autre qu'à la mort d'Akemi. Ayumu aussi avait changé de comportement ... il était maintenant plus maladroit, moins souriant ... on aurait dit que le sourire qu'il affichait sans arrêt s'effaçait à mesure que les jours coulaient ... je me sentais dépaysé par les évênement, surtout parce que je savais que j'oubliais quelque chose ... je savait qu'il me manquait un détail important ... il y avait quelque chose que mon esprit tentait de repousser mais qui revenait chaque fois à la charge ... J'avais mal à la tête ...
Je savais que c'était fini ... je ne pourrais plus vivre tranquillement avec mes meilleurs amis ... avec Sakura que je connaissais depuis toujours ... avec Ayumu qui j'adorais serrer dans mes bras comme une grosse peluche ... avec Satoshi dont les crises de jalousie dans ses moments là m'amusait toujours ... et surtout, avec Sho ... Sho à qui mon coeur tout entier appartenait ... Sho, ma raison de vivre ... plus il restait avec moi, et plus je sentais qu'il m'était impossible de rester avec lui ... mais pourquoi ? Est ce que ça avait un lien avec ces souvenirs que je refusais de resortir ? Peut être que ça n'avait aucun lien mais ... j'avais en sentiment en moi qui me disait que je ne pouvais plus continuer à vivre de cette façon, dans l'ignorance. Une petite voix me répétait sans arrêt "c'est terminé" et mon instinc me disais que je ne devais pas me souvenirs ... j'avais l'impression que me souvenir reviendrais à me faire souffrir plus encore qu'en ce moment ... et ça, je refusais.
Sho me pris dans ses bras sur le canapé de notre maison. Je posai alors ma tête sur ses jambes et je priai pour que ce moment où je me sentais, enfin, bien. Mes paupières étaient lourdes mais je ne voulais pas dormir ... si je m'abandonnais au sommeil, je me réveillerais dans mon lit ... j'aurais quitté les genoux de Sho ... ses mains si douces ne seraient plus en train de caresser mes cheveux ... Je ne voulais pas le quitter, même quelques minutes car je sentais qu'il ne me restait plus beaucoup de temps ... du temps pour quoi ? Je l'ignorais ... c'était juste un cris dans ma tête qui me le répêtait toute la journée ... je savais que le temps échappait totalement à mon contrôle ... je savais que je ne pourrais pas rester bien longtemps comme ça, à tenter de préserver mon bonheur ... le souvenir de la mort d'Akemi avait enclanché un minuteur qui comptait les jours qu'il restaient avant la fin ... la fin de quoi ? Comment pouvais je le savoir ?

-
Tu le sais Suichi ...

Quel était cette voix ? J'avais probablement dû m'endormir et maintenant je rêvais ... à qui appartenait cette voix si clair ? Je sentais que je l'avais déjà entendu ... un voix lointaine qui me parvenait, tel un murmure au creux de mon oreille ... une voix qui me faisais froid dans le dos, car on avait l'impression qu'elle sortait de nul part.

-
Hum ... je vois ... je suis sûrement aussi discret qu'avant, c'est pourquoi tu ne m'avais pas entendu venir ... Shumimashen Shû

"Shoumimashen" ? La voix avait bien dit "shumimashen" ? Il n'y avait que deux personnes de mon entourage qui l'utilisé ... et Ayumu n'était pas du genre à ne pas se faire entendre quand il entrait, même si il faisait attention à ne pas faire de bruit. De puis, il ne m'appelait pas Shû ... alors cette voix ... c'était celle de ...

-
Tu vois que tu as trouvé Shû ... Je suis désolé d'arriver comme ça mais ... il faut que tu te réveilles Shû ... si tu ne te réveilles pas, tout le monde va être affreusement triste ...

"Qu'est ce que tu racontes" avais envie de dire ... "je suis juste endormis un peu ... qui pourrais pleurer parce que je fais un somme ?" ... ma voix ne sortait pas ... je bougeais les lèvres mais aucun son n'en sortait ... C'était comme si j'avais perdu la parole ... qu'est ce qui m'arrivait ? C'était parce que c'était un rêve ? Pourquoi est ce que je voyais Akemi ? Pourquoi est ce que je sentais les larmes me montaient aux yeux ? Pourquoi j'avais l'impression que Sho s'éloignait de plus en plus de moi ? Je n'en pouvais plus ! Il y avait trop de question que je me posais !

- Calme toi, Shû ... je suis sur que tu te souviens de ce qui c'est passé le jour où vous alliez emménager ? Je suis persuadé que si tu fais un petit effort, ça va te revenir ... c'est déjà trop tard ... tu vas obligatoirement t'en rappeller maintenant ... J'aimais Makoto et je n'ai jamais osé lui dire ... j'admirais mon frère mais je ne le lui ai jamais dit ... je te concidérais comme la personne la plus importante pour moi après Makoto mais je n'ai jamais osé te le dire ... j'ai trop de regret et je ne veux pas que tu en ais alors s'il te plait ... fait un effort pour te souvenir ... fais un effort pour ne pas abandonner ceux qui t'aiment et qui t'attendent ! Je t'en supplis ... ouvre les yeux ... tu as assez rêvé ... maintenant, il est tant que tu commences une nouvelle vie ... Tu dois pouvoir vivre ... tu dois pouvoir pleurer ... Shû ... tu dois faire un effort ! Tu en es capable, je le sais ! Si tu ne veux pas le faire pour toi ou pour moi, fais le pour Sho !

"Sho ??" Ai-je voulu hurler ... Mais qu'est ce que Sho venait faire dans cette histoire ? Mes larmes me faisaient de plus en plus mal, mon coeur battait de plus en plus fort et le sang me battait aux tempes ... j'avais un horrible pressentiment ... Pourquoi me parlait il de Sho tout à coup ?

- Je sais que tu le sais ! Arrête d'être lâche ! Hurla t'il sur un ton qui ne lui ressemblait pas du tout. Tu n'as pas le droit de tout laisser tomber comme ça ! Arrête de t'enfermer ! Ce rêve doit cesser !
- Mais je ne peux pas vivre sans Sho !!!

Cette voix, ma voix était bien sortie, déformée par mes pleures ... j'avais crié tellement fort qu'on devait m'avoir entendu à l'autre bout de l'univers. Je me souvenais de tout ... je ne voulais juste pas que ça s'arrête ... en vérité, je le savais sûrement depuis le premier jour ... depuis le jour où j'avais trouvé le cahier bleu dans ce carton ... j'avais compris que le rêve devait cessé ... que j'avais passé deux semaines merveilleuses mais qu'on ne m'en accorderait plus beaucoup ... mais j'ai voulu m'accrocher à cette réalité que j'avais créé ... dans laquelle Sho était encore vivant ... Cette fois, ce n'était plus des larmes qui coulaient mais des gouttes d'eau tellement grandes que, de loin, on devait me prendre pour une fontaine.
La progection d'Akemi vint vers moi aussi calmement que de son vivant et me pris dans ses bras, ou un moins, tenta. N'étant plus vraiment humain, il ne pouvait pas me toucher mais je devinais qu'il faisait ça pour me donner du courage ... je ne sentais pas ses bras m'enlacer, mais je les devinais ... je savais que je devais arrêter de fuire la réalité et qu'il était temps pour moi que je me réveille et que j'admette enfin l'accident de Sho ... il fallait que j'admette qu'il était mort ...
Le soleil brillait tellement que je dû mettre ma main droite devant mes yeux pour ne pas être éblouis. J'avais encore du mal à me réhabituer aux lumières fortes. Je manquai de me taper la tête contre la fenêtre en me levant trop brusquement mais l'évitai avec une habilité remarquable. Cela me faisait mal de vivre dans cette grande maison où nous étions seulement quatre et je passais souvent dans la chambre inocupé de Sho ... Deux semaines ... ça faisait deux semaines que j'avais rouvert les yeux ... Ayumu s'était jeté dans mes bras et Satoshi pleurait tellement qu'il ne pesta même pas de jalousie. Mon frère avait manqué de me casser la main qu'il me tenait tellement il était heureux de me voir vivante,
en apprenant la nouvelle, mon père avait quitté précipitemment son travail sans donner d'explication à son patron et maman s'évanoui en croyant à un miracle. Après tout ... c'était un peu le cas ... rester deux mois dans le coma et se réveiller comme une fleur ... mais une fleur qui aurait été beaucoup arrosé alors car mes larmes continuaient de couler, encore et encore ... je savais que j'allais devoir vivre le reste de ma vie sans Sho ... c'est vraiment dure pour moi de vivre dans cette maison où je suis "restée" deux mois auprès de lui ... Mais je sais que la vie m'offre une chance de continuer à avancer aurpès de mes amis et surtout, je sais qu'un jour, je le rejoindrais et nous pourrons vraiment être ensemble pour toujours ...
Et depuis mon réveil, j'ai réalisé mon rêve de devenir mangaka ... ce n'est pas encore parfait, j'ai du mal à maitriser certaine chosen mais raconter mon avanture m'a permis d'enfin calmer mes pleures et d'appaiser un peu ma tristesse ... ce volume que vous tenez entre vos mains, j'espère qu'il vous a plus ... certe, ce n'est pas très passionnant mais j'y ai mis tout mon amour pour Sho et je suis sur qu'il lui parviendra ...
Ah ! Au fait ... avant de vous quitter ... il parrait qu'en même temps que j'ai rouvert les yeux, Makoto a retrouvé sa voix ... je dois aller le voir tout à l'heure car il a une longue histoire à me raconter ... au téléphone, il m'a juste dit qu'il avait vu Sho ... qu'il avait vu un ange.

:essuiseslarmes End :essuiseslarmes

J'aurais préféré écrire "endless" à la fin ... je n'ai pas envie de m'arrêter ... Quoi qu'il en soit, je suis vraiment fière de cette histoire ... je ne sais pas si elle va vous plaire, je ne sais pas si vous allez comprendre mais c'est une histoire qui me plait beaucoup même si je pleure et j'aimerais qu'à vous aussi, elle vous arrache quelques larmes ...

_________________



Mise en place du service minimum, je suis désolé. Je ferais de mon mieux pour répondre malgré tout aux questions de chacun s'il y en a. Ma boite à MP reste donc ouverte.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rumiko-takahashi.webnode.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]   Aujourd'hui à 16:20

Revenir en haut Aller en bas
 
strange fic' - Oitachi no omoide. [terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Corvée terminée !!!!
» Quels sont ces produits MAC que vous avez terminé?
» Suspicion de diabète... c'est pas terminé !
» Logan / James Howlett / Wolverine (Terminée)
» Pacioretty : Saison terminée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE GROW :: Multimédia :: vos fictions :: Fiction terminée-
Sauter vers: